DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Danemark : une deuxième girafe nommée Marius risque d’être euthanasiée

Vous lisez:

Danemark : une deuxième girafe nommée Marius risque d’être euthanasiée

Taille du texte Aa Aa

Coïncidence malheureuse, le zoo danois Jyllands Park (Jutland) a annoncé ce mercredi qu’il risquait de devoir euthanasier l’une de ses girafes, qui se nomme, comble du tragique, également Marius.

Dimanche dernier, le sort réservé à l’un de ses congénères ET homonyme, Marius premier du nom donc, a provoqué une vague d’indignation dans le monde. Les autorités du zoo de Copenhague, en euthanasiant l’un de ses pensionnaires, une girafe mâle de 18 mois, ont en effet déclenché une vive polémique. Pour expliquer leur décision, les responsables du parc animalier ont indiqué que le patrimoine génétique de l’animal, pourtant en bonne santé, représentait néanmoins un risque de consanguinité. Et ce risque pouvait compromettre le programme international de reproduction chargé de conserver une population saine de girafes au sein des zoos européens.

De longue date, le zoo Jyllands Park, dans l’ouest du Danemark, a émis le souhait d’acquérir une girafe femelle. Or, « nous ne pouvons avoir deux mâles et une femelle, cela engendrerait des combats », explique Janni Lojtved Poulsen, gardienne du zoo à l’agence de presse danoise Ritzau. C’est donc la présence de ces deux mâles, Elmer et Marius, qui pose problème. Surtout celle de Marius…

Les jours de Marius, âgé de 7 ans, sont donc comptés jusqu‘à l’arrivée hypothétique d’un femelle. Car les espoirs de trouver un refuge à Marius sont faibles. Comme son homonyme de Copenhague, ce Marius est considéré comme étant inadéquat à la reproduction.

« Si le coordonnateur du programme de reproduction décide qu’il doit être piqué, alors c’est ce que nous ferons », confirme la gardienne. Cette dernière indique également que les zoos danois tuent les animaux en surplus depuis des années, et que les protestations soulevées par l’euthanasie de Copenhague ne sauraient décourager le Jyllands Park.

« Dans de nombreux endroits du monde où ils [n’euthanasient pas ces animaux], les bêtes vivent dans des conditions médiocres, » atteste l’employée du parc, « et ils ne sont pas autorisés à se reproduire non plus. Nous pensons que ce n’est pas OK ».

La girafe du zoo de Copenhague, euthanasiée par un coup de pistolet d’abattage, avait été disséquée devant une foule de curieux de tous âges. Une partie de sa carcasse avait été donnée aux lions du zoo et une partie de ses organes envoyée à des laboratoires de recherches au Danemark et à l‘étranger.

En ce qui concerne l’autre Marius, l‘équipe du zoo Jyllands Park n’a pas encore décidé si une dissection publique était prévue.

(Avec agences)