DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Alzheimer, dépendance : un projet de loi après dix ans de piétinement

Vous lisez:

Alzheimer, dépendance : un projet de loi après dix ans de piétinement

Taille du texte Aa Aa

A la suite d’une catastrophe, comme celle qui a été provoquée par la canicule de l‘été 2003, les autorités françaises n’ont généralement qu’un seul mot à la bouche : réforme. Et puis le temps passe, les gens les plus concernés, en l’occurence les personnes âgées, ne font pas de bruit, les responsables politiques les oublient…Les associations, elles, se sont accrochées, et au bout de dix ans d’attente, elle ne peuvent que saluer la réforme engagée. Un projet de loi sur l’autonomie des personnes âgées est sur les rails, il a été présenté par le Premier ministre en personne, Jean-Marc Ayrault, il doit être soumis au Parlement avant la fin de l’année et entrer en vigueur en 2015. La prochaine loi prévoit d’agir dans trois directions, la prévention, l’adaptation des structures et l’accompagnement des personnes dépendantes.

Passé le premier sentiment de satisfaction, l’association France Alzheimer qui oeuvre dans ce domaine depuis 28 ans, souligne d’emblée l’insuffisance des moyens financiers dédiés à l’autonomie des personnes âgées. La réforme va être essentiellement financée par la “Casa”, une taxe de 0,3% mise en place l’an dernier, prélevée sur les pensions des retraités qui sont imposables. Elle permet d’engranger 645 millions d’euros par an, ce qui paraît dérisoire par rapport aux milliards d’euros dépensés pour faire face à la dépendance des malades. “Des députés de la majorité socialiste reconnaissent eux-mêmes que c’est insuffisant”, indique France Alzheimer à Euronews, et “aucune autre piste n’a été explorée, aucune réunion rassemblant tous les partenaires concernés n’a eu lieu”. L’association souligne aussi l’injustice de “faire financer la perte d’autonomie par les personnes âgées qui en sont les victimes”.


Crédit photo : J.L Courtinat

La plus grosse partie de la taxe va être utilisée pour revaloriser l’APA, l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie. Les plafonds de cette aide mensuelle, dont bénéficient environ 700 000 Français, n’ont pas évolué depuis sa création en 2002. Le gouvernement annonce que les allocataires recevront 50 euros de plus par mois en moyenne, jusqu‘à 600 euros pour ceux qui n’ont que 1 500 euros de ressources et sont très dépendants. Ils pourront ainsi obtenir près d’une heure de plus d’aides à domicile par jour. L’association France Alzheimer relativise en expliquant que les dépenses obligatoires pour les familles des malades qui restent au domicile sont de l’ordre de 1 000 euros mensuels. Et elle n’oublie pas l’engagement de campagne de François Hollande de doubler le plafond de l’APA; de 1 200 euros à l’origine, il passe à 1 600, le compte n’est pas encore bon !

France Alzheimer montre également du doigt “l’inégalité territoriale” entre les Français bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée à l’Autonomie. Ce sont les conseils généraux qui la versent et chacun sait que certains départements sont beaucoup plus riches que les autres. “Il serait donc préférable d‘être malade dans un département plutôt que dans un autre, la démocratie sanitaire est mise en question” estiment les responsables de l’association qui incitent par conséquent à réfléchir à une gestion nationale de l’APA. Enfin, il faut penser aux proches qui s’occupent quotidiennement des personnes âgées dépendantes, des malades, qui s‘épuisent à la tâche, qui parfois craquent et ont aussi besoin de réconfort.

Ces aidants familiaux seraient 4,3 millions et le nouveau projet de loi reconnaît l’importance de leur rôle. Une aide qui porte bien son nom, “aide au répit”, leur sera donnée; son montant annuel pourra atteindre jusqu‘à 500 euros. France Alzheimer rappelle toutefois que pour que les proches s’absentent une journée, voire quelques jours pour prendre un peu l’air, il faut plus d‘établissements d’accueil de jour, plus de structures où les malades peuvent participer à des activités comme par exemple la musicothérapie, l’art-thérapie, des groupes de parole…Maintenant que le débat national sur l’autonomie des personnes âgées est rouvert, après dix ans de séjour aux oubliettes, France Alzheimer, entre autres, compte y participer activement. Elle lance un manifeste ouvert à tous sur internet : lemanifeste.francealzheimer.org

Quelques données parlantes sur la maladie d'Alzheimer :

- 44 millions de personnes sont affectées dans le monde (en englobant les formes de démence semblables), selon Alzheimer Disease International.
- Le nombre de malades a augmenté de 22% durant les trois dernières années.
- Il devrait être multiplié par trois d'ici à 2050.
- Près de 900 000 personnes sont atteintes en France.
- Une personne sur cinq risque d'être touchée à plus de 80 ans.