DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Londres, la Tate Modern rend hommage à Richard Hamilton

Vous lisez:

A Londres, la Tate Modern rend hommage à Richard Hamilton

Taille du texte Aa Aa

Deux expositions sont dédiées à l’artiste britannique l’un des plus influents du XXe siècle, l’occasion d’un regard rétrospectif sur celui qui est largement considéré comme une figure fondatrice du Pop art.

En 60 ans de carrière, Richard Hamilton n’a jamais cessé d’expérimenter et d’innover.

“Dans les années 80, je pense qu’il a senti un changement dans la culture britannique, que l’optimisme qu’il ressentait au début des années 50 et 60 n’opérait plus. Il y avait comme un sentiment de déception face à la vie des années 80. Et c’est à ce moment là qu’il a réalisé “Treatment Room” dans lequel apparaît le personnage de Margaret Thatcher”, explique Mark Godfrey, organisateur de l’exposition.

Outre “Treatment Room” (1984) – vive critique du régime thatchérien de l‘époque – l’exposition présente pour la première fois l’intégralité de l‘œuvre de Richard Hamilton. Ce dernier a été l’un des pionniers de l’utilisation subversive de l’imagerie véhiculée par les mass media et la culture populaire.

L’exposition présente tous les supports et média utilisés par l’artiste.

“C’est comme revenir dans une sorte de réunion encyclopédique, de travail qui tourne presque exclusivement autour de la façon dont Richard Hamilton se représentaient les choses du XXe et début du XXIe siècles et comment dans l’art la plupart des choses sont une sorte de processus de digestion. Il prenait le contrôle de l’art des gens pour le modeler à sa façon. Il était très ingénieux, intelligent, plein d’esprit, sarcastique, attentif à la moindre chose qui pouvait capter son attention”, analyse l‘écrivain et critique d’art, William Feaver.

Loin de simplement faire référence à la culture populaire dans son travail, Richard Hamilton a également fréquemment abordé les questions contemporaines plus larges et les sujets politiques.

La grande rétrospective consacrée à Richard Hamilton court jusqu’au 26 mai à la Tate Modern de Londres.