DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Italie: Letta jette l'éponge sous la pression de son propre camp


Italie

Italie: Letta jette l'éponge sous la pression de son propre camp

En Italie, c’est ce vendredi qu’Enrico Letta, chef du gouvernement, va remettre sa démission au président de la république. C’est le nouvel épisode de l’instabilité politique qui touche le pays depuis un an.

A l’origine de cette crise gouvernementale, le chef du parti démocrate (PD), Matteo Renzi. Ce jeudi, il a fait voter par les membres de son parti, une motion qui réclame un changement de gouvernement. Le texte a été adopté à une très large majorité (136 voix pour, 16 contre)
Enrico Letta n’ayant plus la confiance du parti, il a donc jeté l‘éponge. Et c’est Matteo Renzi, qui, à 39 ans, devrait lui succéder au poste de président du conseil.

“Nous sommes à la croisée des chemins, a déclaré l’actuel maire de Florence. L’Italie a besoin d’un changement radical. Et c’est à nous de le faire, sinon, personne ne le fera”.

Matteo Renzi estime que des réformes plus radicales et plus rapides doivent être engagées en Italie. Et il a donc réussi à convaincre la majorité des membres de son parti. Parmi eux, le maire de Rome, Ignazio Marino. “Ce qui a été décidé aujourd’hui (hier, NDLR) est sans doute la meilleure solution, a-t-il expliqué. Il est essentiel d’engager un changement dans ce pays. La population et les dirigeants locaux – et j’en sais quelque chose- ont vraiment besoin de réponses immédiates à leur questions”.

Giuseppe Civati fait partie de ceux qui n’ont pas voté contre Enrico Letta. “Je ne suis pas d’accord avec ceux qui estiment qu’il n’y avait pas d’autres choix que d‘écarter Letta”, a-t-il estimé.

Il appartient à présent au président de la république de consulter les partis pour voir qui sera à même de former un gouvernement, et surtout d’obtenir la confiance au Parlement. Les députés pourraient être amenés à se prononcer dès la semaine prochaine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : l'opposition veut un "gouvernement de Maìdan"