DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sortie de piste pour le ski alpin francais à Sotchi


monde

Sortie de piste pour le ski alpin francais à Sotchi

Abandon sur abandon, sortie de piste, enfourchement, après quatre courses olympiques, le bilan du ski français est plus que jamais morose et le temps presse.

Russie et Sotchi ne riment décidément pas avec médaille pour la France en ski alpin. Les Bleus n’ont toujours pas réussi à dompter la piste russe. C’est même celle-ci qui a eu pour le moment raison des frenchies. Marie Marchand-Arvier peut en témoigner. La seule française engagée sur la descente a lourdement chuté,mercredi, laissant s’envoler les espoirs de médaille. Elle avait assisté dimanche à la sortie de piste de Johan Clarey dès les premières portes lors de la descente. Le natif d’Annecy avait déjà dû remplacer au pied levé Brice Roger victime d’une fracture des ligaments croisés et une entorse du ligament latéral interne la veille à l’entraînement. Un vrai calvaire.

Pinturault et Mermillot-Blondin enfourchent à leur tour

Les soucis se sont enchaînés. Annoncé comme l’un des grands favoris des épreuves de descente et Super Combiné le troisième de la Coupe du Monde, Alexis Pinturault a subi le même sort que ses petits coéquipiers. Après une descente moyenne et une 23 ème place, le licencié du CS Courchevel a rendu les armes vendredi sur la deuxième partie du slalom. Pris lui aussi de vitesse le poussant à la faute sur un piquet. La course s’arrête ici les chances de médailles avec. Et comme si cela ne suffisait pas, Thomas Mermillot-Blondin a lui aussi posé les skis et bâtons à mi-parcours, alors que le temps comme son coéquipier, laissait présager de bonnes choses.

Ouvrir le compteur

Il ne reste donc plus beaucoup de temps aux Bleus pour briller. Un Super G, un Géant et un slalom pour les hommes. La même chose pour les femmes. Et l’attente s’intensifie. Marie Marchand-Arvier veut évacuer la frustration, Alexis Pinturault aussi. Rentrer de Russie sans la moindre médaille pour le natif de Moutiers vainqueur de la descente de Kitzbühel, jugée comme la plus dure au monde, serait une vraie contre-performance.Et ce quand on sait que l‘équipe de France de ski alpin avait déjà fait chou blanc en 2010 à Vancouver.

Prochain article

monde

Breivik menace d'une grève de la faim pour faire cesser la "torture"