DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Matteo Renzi : l'homme (trop) pressé sous pression

Vous lisez:

Matteo Renzi : l'homme (trop) pressé sous pression

Taille du texte Aa Aa

Avant même son arrivée au siège de la présidence et sa rencontre avec le chef de l’Etat italien, les nuages s’amoncellent au-dessus de la tête de Matteo Renzi.

Le jeune chef du Parti Démocrate (PD) devrait être officiellement chargé de former un gouvernement par Giorgio Napolitano, ce lundi matin, après avoir poussé Enrico Letta vers la sortie.

Le maire de Florence voulait aller vite mais il se voit freiné par ses amis autant que par ses alliés.

Lui, qui voulait faire confiance à des personnalités de la société civile, s’est vite rendu compte que la réciproque n‘était pas vraie : l‘écrivain Alessandro Baricco ou l’entrepreneur Andrea Guerra ont refusé de rejoindre son équipe.

Sur sa gauche, on plaide pour un programme novateur, faute de soutien lors de l’investiture. A droite, le Nouveau Centre Droit d’Angelino Alfano est bien décidé à ne pas céder de terrain tant sur l’orientation politique que sur le nombre de ministères.

Le vice-premier ministre du gouvernement Letta se sait indispensable et entend donc imposer son propore tempo.