DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Qui est Matteo Renzi ?


Italie

Qui est Matteo Renzi ?

Pratiquement inconnu il y a un an et demi, Matteo Renzi est, à 39 ans, un “jeunot” de la politique italienne. Les qualificatifs qui reviennent : ambitieux, dynamique, d’autres diront “assoiffé de pouvoir”.

Certains voient en lui l’influence de Tony Blair, voire de Barack Obama. Maire de Florence, sa ville natale, diplômé en Droit, il a fait l’essentiel de sa carrière politique au niveau régional. Renzi se distingue surtout par ses talents de tribun.

“Je veux une gauche qui gouverne l’Italie, et non une gauche qui se complaît dans la défaite.’‘

Durant la campagne pour les primaires de son parti, il a martelé sa volonté de changement et de réformes. “Nous devons agir pour éviter d‘être le pire visage de la gauche, cette gauche qui avait été incapable d’adopter une loi sur les conflits d’intérêts, ou celle qui s‘était détruite en gagnant les élections puis en entraînant la chute de Prodi.’‘

En décembre, il a fini par devenir chef du Parti démocrate (PD), après des primaires qui ont rassemblé quelque 2,5 millions de sympathisants. Il a accédé à ce poste contre la volonté des poids lourds du parti qui ne l’ont jamais considéré comme l’un des leurs. Lui-même souhaite “mettre à la casse” les caciques, et prône un renouvellement de la politique.

Peu marqué idéologiquement, il est critiqué pour un programme politique aux contours flous. Il n’a donné aucun détail sur la manière dont il comptait relancer durablement l‘économie et lutter contre un chômage record.

S’il devient effectivement Premier ministre, Renzi sera le troisième dirigeant non élu à la tête de l’Italie, après Mario Monti et Enrico Letta. Toute la question sera alors de savoir combien de temps il restera au pouvoir.

Aldo Cazullo, Corriere della Serra : Je pense que Matteo Renzi a une chance de réussir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

"A partir de 22, j'ai arrêté de compter mes meurtres"