DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Angela Merkel tente d'apaiser les tensions avec la Suisse


Le bureau de Bruxelles

Angela Merkel tente d'apaiser les tensions avec la Suisse

Dédramatiser les conséquences du référendum suisse sur l’ouverture aux travailleurs européens. C’est ce que la chancelière allemande s’est employée à faire en recevant à Berlin le président de la confédération helvétique. D’après Angela Merkel, rien ne presse.

“ Nos discussions ont eu lieu dans le respect du résultat du référendum. A mon sens, le défi est désormais de faire en sorte que l’on gère la situation de manière à ce que les relations entre l’Union européenne et la Suisse restent aussi intenses que possible. “

La Suisse, il est vrai, a trois ans pour mettre en place cette limitation de l’immigration. Mais à Bruxelles, les premières représailles sont tombées. Les négociations sur la participation de la Suisse à Erasmus et au programme de recherches Horizon 2020 ont été suspendues.

“ Il n’y a pas de raison de tout arrêter à cause d’une décision qui n’a pas encore été appliquée. Pendant cette période, il n’y a pas lieu de stopper la collaboration en termes de recherches entre la Suisse et l’Union européenne. Ce ne serait certainement pas dans l’intérêt de l’Europe. “

Mais si cette collaboration a été gelée, c’est parce que la Suisse a refusé il y a quelques jours d‘étendre l’accès à son marché du travail aux Croates, qui ont rejoint l’Union européenne. Bref, l’Allemagne a beau jouer l’apaisement, l‘épreuve de force ne fait que commencer.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Un nouveau postulant pour la présidence de la Commission