DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Kiev, la maison de Dieu sert d'hôpital


Ukraine

A Kiev, la maison de Dieu sert d'hôpital

Derrière les murs de la cathédrale St Michel à Kiev, nous rencontrons des fidèles inhabituels. La nuit dernière, en plein chaos, l‘édifice est devenu le refuge des blessés de Maìdan.

Certains prient, certains y dorment quelques heures, d’autres y recoivent les premiers soins. Quatre corps sont là, aussi.

Les prêtres ont réussi à convaincre les policiers, qui bloquent le quartier, de laisser les victimes rejoindre leur église.

“Il y a eu beaucoup de blessés, dit Andriy, un médecin. Des brûlures, des fragments de grenade, des blessures par balle. Nous leur apportons les premiers soins et nous envoyons à l’hôpital les cas graves.”

“J’aide pour les pansements, pour le tri des médicaments, dit Ira, volontaire. On a déménagé trois fois cette nuit car la police nous a délogé d’autres lieux, on a ramené les médicaments ici.”

Ira parle de la Maison des Syndicats, qui accueillait les blessés place de l’Indépendance : elle a été incendiée cette nuit.

L‘église St Michel est un symbole pour les Ukrainiens. Détruite sous Staline, elle a repris du service il y a 15 ans. Et St Michel est aussi le protecteur de Kiev :

“Chaque église sert les enfants de Dieu, explique Omelyan, un prêtre. Et c’est une sainte obligation d’aider les gens qui ont des problèmes, qui sont pourchassés. Spécialement quand ils défendent la vérité.”

Déjà lors des violences du 30 novembre, l’Eglise orthodoxe ukrainienne avait ouvert ses portes. Contrairement à l’Eglise orthodoxe rattachée au patriarcat de Moscou, pro-Yanoukovitch. Quand à l’Eglise orthodoxe grecque, le gouvernement lui a interdit de soutenir les manifestants.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : nuit meurtrière sur Maïdan