DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kiev : des protestataires se défendent d'être des "extrémistes"


monde

Kiev : des protestataires se défendent d'être des "extrémistes"

Colère et incompréhension sur le Maïdan, la place de l’indépendance à Kiev. Des protestataires antigouvernementaux ne digèrent pas l’assaut des policiers mardi soir.
“C’est de la provocation de la part du gouvernement, c’est certain, dénonçait ce mercredi une manifestante. Les autorités sont responsables de toute cette provocation. Nous en sommes témoins. Mon ami et moi, nous étions là. Nous ne sommes pas des extrémistes. Nous n’avions rien dans nos mains. Pourquoi ont-ils fait cela? Les policiers l’ont fait pour justifier la répression contre Maïdan. Ils en ont peur”.
“Les policiers ne vont pas attaquer durant l’après-midi, mais nous sommes sûrs qu’ils vont le faire durant la nuit, ajoutait un autre protestataire. Leur but est de disperser la foule et d‘évacuer la place. Notre protestation est pacifique. Mais que pouvons-nous faire? Nous devons nous protéger nous-mêmes parce qu’il y a des femmes et de nombreux militants blessés ici”. “La prochaine étape, c’est la guerre civile”, estimait un autre protestataire.

La contestation à Kiev, ces derniers mois, avait déjà fourni des scènes semblables à celles d’une révolution, mais jamais le nombre de victimes n’avait été aussi élevé et jamais les mots comme” guerre civile”, “extrémistes” ou “terroriste” n’avaient fait une telle apparition, reflétant le fossé séparant les deux camps.

Avec nos correspondants

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Kiev : le point à Maïdan avec notre journaliste Maria Korenyuk