DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : immersion de l'autre côté des barricades, avec la police


Ukraine

Ukraine : immersion de l'autre côté des barricades, avec la police

Pour l’instant, les forces de la police sont composées des troupes de l’Intérieur et des “Berkout”, les unités d‘élite anti-émeutes.

D’après le ministère ukrainien de l’Intérieur, au moins dix policiers font partie des victimes des affrontements de la soirée et de la nuit dernière. Près de 80 ont été hospitalisés, blessés notamment par des jets de pavés. Quatre bus de la police et deux camions ont, également, été incendiés.

Après leur charge à coups de blindés ou de grenades lacrymogènes et assourdissantes, les policiers ont subi le contre-feu des manifestants : des cocktails molotov mais aussi, a priori, des tirs à balles réelles.

Toujours d’après le ministère ukrainien de l’Intérieur, cinq policiers seraient morts d’une balle dans la tête ou dans la nuque.

Des journalistes rapportent, quant à eux, avoir vu certains protestataires radicaux armés de fusils sur les barricades.

“Les organisateurs de ces manifestations de masse devront rendre des comptes. Le bureau du procureur général va demander les sanctions les plus lourdes à la fois pour ceux qui ont incité des gens à participer aux affrontements et pour ceux qui les ont organisés et contrôlés”, a déclaré Viktor Pshonka, le procureur général d’Ukraine.

10 000 policiers ont été mobilisés à Kiev, notamment pour encercler la place Maïdan.

L’armée, elle, n’interviendra que lorsque le président Ianoukovitch aura décrêté l‘état d’urgence.

Pour l’instant, le ministère de la Défense a déployé une partie de ses effectifs autour des dépôts de munition.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : "Des armes dans les mains des criminels"