DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le deuil des Ukrainiens, le succès des Français

Vous lisez:

Le deuil des Ukrainiens, le succès des Français

Taille du texte Aa Aa

Les évènements tragiques qui se déroulent à Kiev ont des répercussions jusqu‘à Sotchi.

L’escalade de la violence entre l’opposition et le gouvernement a poussé certains athlètes ukrainiens à remettre en cause leur participation aux Jeux olympiques.

La skieuse Bogdana Matsotska ne prendra pas le départ du slalom ce vendredi afin de protester contre la violence du régime de Viktor Ianoukovitch.

Quant à Sergueï Bubka, le président du Comité olympique ukrainien, il se dit choqué par ce qui se passe dans son pays.

L’ancien tsar de la perche réclame une “trêve olympique” tout en appelant ses compatriotes à terminer les Jeux.

Mark Adams est le porte-parole du CIO : “Sergueï Bubka respecte la décision de chaque athlète de faire ce qu’il pense être le mieux au vu des circonstances. Mais je sais que pour le comité olympique ukrainien, la meilleure façon de faire preuve de solidarité, c’est de montrer que le sport peut aider à la réconciliation, et c’est donc que l‘équipe reste ici “.

En mémoire des victimes, les athlètes ukrainiens voulaient porter un brassard noir pendant les compétitions, mais le CIO aurait refusé.

Mark Adams : “Personne ne leur a interdit de porter des brassards. Des membres du Comité ukrainien ont rencontré hier des représentants du CIO. Ils ont discuté de ce qu’il fallait faire et ont conclu qu’il existait d’autres façons de marquer le coup. Ils ont observé une minute de silence au sein du village olympique. “

Outre Bogdana Matsotska, les fondeuses Marina Lisogor et Kateryna Serdyuk ont déclaré forfait pour le 30 kilomètres prévu ce samedi à cause des évènements dans leur pays.

Triplé français en skicross

D’un point de vue sportif, le treizième jour de compétition a été marqué par le triplé français en skicross.

Dans cette discipline, il s’agit de dévaler à quatre une piste parsemée de bosses et de virages relevés.

Le bronze revient à Jonathan Midol, l’argent à Arnaud Bovolenta et l’or à Jean-Frédéric Chapuis.

Trois Français sur le podium, c’est du jamais vu depuis les Jeux de Paris en 1924 et de l’inédit pour des Jeux d’hiver.

Match Norvège – Allemagne

En combiné nordique, épreuve qui associe le saut et le ski de fond, la victoire dans le relais masculin s’est jouée à trois dixièmes de seconde.

Les Norvégiens Moan, Klemetsen, Krog et Graabak ont devancé de justesse leurs rivaux allemands.

Les Autrichiens ont pris la troisième place et les Français la quatrième.