DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le "jeudi noir" de Kiev


Ukraine

Le "jeudi noir" de Kiev

Dans la douleur et la peine, l’occupation continuait ce soir place de l’Indépendance, à Kiev. Le centre névralgique de la contestation anti-Ianoukovitch a connu ce jeudi des heures très sombres, quand des dizaines de manifestants sont tombés sous les balles de la police.

Les forces de l’ordre, plusieurs fois assaillies par les militants de l’opposition, ont répliqué dans la matinée à balles réelles. Mais des snipers de la police ont aussi été vus tirant sur des manifestants.

Ce soir on dénombrait entre 67 et 100 morts, selon les sources.

Des faits dramatiques qui n’ont fait que galvaniser les activistes de Maïdan. Toute la journée, ils ont fortifié un peu plus leur camp retranché de la place de l’Indépendance, s’attendant à un autre assaut des Berkut, possible à tout moment.

“Bien-sûr que j’ai peur, déclare cette jeune femme. Tout le monde a peur mais si rien ne change nous aurons de plus en plus peur. Tout le monde comprend cela, c’est pourquoi nous sommes ici”.

“Les pavés et les cocktails Molotov, ça reste nos outils de défense, déclare un homme, pour nous protéger des Berkut, qui battent et tuent des gens”.

Devant tant de violence, la diplomatie a tenté de faire bouger les lignes… Des tractations sont actuellement en cours à Kiev, mais déjà, le président Ianoukovitch aurait accepté le principe d‘élections anticipées pour 2014.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Le parlement ukrainien cherche à stopper le bain de sang