DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Shiffrin : la jeunesse au pouvoir

Vous lisez:

Shiffrin : la jeunesse au pouvoir

Taille du texte Aa Aa

La meilleure slalomeuse de la planète est sans aucun doute possible l’Américaine Mikaela Shiffrin.

A 18 ans, elle devient la plus jeune championne olympique dans une discipline dont elle possédait déjà le titre mondial et le globe de cristal.

Ce vendredi, à Sotchi, elle repousse à plus d’une demi-seconde les Autrichiennes Marlies Schild et Katrin Zettel.

Titrée à Vancouver, l’Allemande Maria Hoefl-Riesch prend la quatrième place à plus d’une seconde de Shiffrin.

Victor Ahn superstar du short-track

En short-track, Victor Ahn a brillé ce vendredi en s’adjugeant d’abord le 500 mètres.

Il a ensuite gagné le relais disputé avec ses coéquipiers russes sur la distance de 5.000 mètres pour porter à six son total de titres olympiques.

Les trois premiers, il les avait gagnés à Turin en 2006 pour la Corée du Sud, le pays où il est né.

Il a complété sa collection à Sotchi sous les couleurs de son pays d’adoption, la Russie.

Doublé des Canadiennes

En skicross, les Canadiennes ont failli refaire le coup des Français qui la veille avaient occupé les trois marches du podium.

Mais elles n‘étaient que deux au départ de la finale, Marielle Thompson et Kelsey Serwa, qui ont pris dans cet ordre l’or et l’argent.

La Française Ophélie David a chuté à la réception d’un saut ce qui a profité la Suédoise Anna Holmlund qui a pris la troisième place.

L’Ukraine, malgré tout

Les biathlètes ukrainiennes font fi des difficultés que traverse leur pays pour lui apporter sa première médaille d’or depuis le sacre de la patineuse Oksana Baïul à Lillehammer en 1994.

Les quatre relayeuses victorieuses se nomment Vita Semerenko, Juliya Dzhyma, Valj Semerenko et Olena Pidhrushna.

Les Russes terminent deuxièmes et les Norvégiennes emmenées par Tora Berger s’emparent de la médaille de bronze.

Moins de réussite pour les Françaises mises hors-course quasiment d’entrée suite au malaise de Marie-Laure Brunet.

Les deux premiers cas de dopage

La fête a été un peu gâchée par l’annonce du contrôle positif de l’Allemande Evi Sachenbacher-Stehle qui n’a pas participé au relais.

Elle avait remporté cinq médailles olympiques, dont deux en or, à l‘époque où elle faisait uniquement du ski de fond.

Problème : elle avait déjà eu maille à partir avec les autorités anti-dopage lors des Jeux de Turin en 2006.

Elle avait alors été privée de compétition pendant cinq jours en raison d’un taux d’hématocrite trop élevé.

A Sotchi, Evi Sachenbacher-Stehle avait pris la quatrième place de la mass-start et du relais mixte.

Elle a affirmé sur son site internet vivre le “pire des cauchemars” tout en expliquant que le produit incriminé pourrait être un complément alimentaire contaminé.

Un autre athlète engagé dans ces Jeux, le bobeur italien William Furani, a été contrôlé positif à un stimulant.

La Norvège au premier rang

Au tableau des médailles, c’est la Norvège qui pointe en tête avec un total de 22 récompenses, dont 10 du plus précieux des métaux.

A noter toutefois que les Etats-Unis ont davantage de médailles, 27, mais seulement 9 en or.

Le Canada est troisième, la Suisse septième et la France neuvième.