DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : "jugement cruel" pour des manifestants anti-Poutine

Vous lisez:

Russie : "jugement cruel" pour des manifestants anti-Poutine

Taille du texte Aa Aa

Indignation au sein de l’opposition en Russie après l‘énoncé des peines pour des manifestants anti-Poutine. Un tribunal de Moscou a condamné ce lundi sept opposants à des peines fermes de deux ans et demi à quatre ans de camp. Et ce, pour avoir participé à ce que la justice russe appelle des “troubles massifs” le 6 mai 2012, la veille de l’investiture à la présidence de Vladimir Poutine. Une huitième opposante a été condamnée à une peine avec sursis.

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant le tribunal pour soutenir les huit opposants. Et plus de 200 d’entre elles ont été arrêtées.
Parmi elles, Alexeï Navalny, le principal opposant à Vladimir Poutine ainsi que Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, du groupe contestataire Pussy Riot. Nadejda Tolokonnikova voit dans les évènements en Ukraine, une source d’inspiration. “C’est possible (…)de retirer les tsars que nous n’aimons pas. J’espère que ça aura un impact positif sur notre société civile. Mais en ce qui concerne Poutine, il est clair que cette situation le dérange et l’effraie.”

Les manifestants ont d’ailleurs scandé “liberté” et “Maïdan”.

“Comparé à ce que se passe dans d’autres pays dans le monde, pouvons-nous qualifier ce qui est arrivé le 6 mai de “troubles massifs”, a demandé l’ex-dissidente soviétique Lioudmila Alexeeva. C’est, comme ils disent, pire que des mensonges, c’est une totale stupidité, parce que si nous commençons à appeler cela des “troubles massifs”, ça pourrait bien commencer à se produire réellement.”

Les avocats des opposants condamnés ont qualifié le jugement de “cruel” et annoncé leur intention de faire appel, quitte à aller jusqu‘à la Cour européenne des droits de l’homme.

Avec AFP et AP