DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Nous proposons du soutien, pas de l'ingérence" à l'Ukraine

Vous lisez:

"Nous proposons du soutien, pas de l'ingérence" à l'Ukraine

Taille du texte Aa Aa

“Nous proposons du soutien, pas de l’ingérence”, c’est ce qu’a souligné ce mardi à Kiev Catherine Ashton. Elle a rencontré l’ancienne Première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko, qui a été libérée samedi. La chef de la diplomatie européenne a également souligné qu’il était crucial que la Russie apporte son soutien à l’Ukraine.
“Nous connaissons et nous comprenons les liens commerciaux forts qui ont existé avec la Russie, les liens forts qui doivent exister avec la Russie dans l’avenir et ce message doit être largement compris, a déclaré Catherine Ashton. Nous pensons aussi qu’il est très important d’envoyer un message fort concernant l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance de l’Ukraine. “
De son côté, le chef de la diplomatie russe a lui aussi rejeté cette vision dichotomique pour l’Ukraine.
“Il est dangereux et contreproductif d’essayer de forcer l’Ukraine à choisir sur le mode: “vous êtes avec nous ou contre nous, a ajouté Sergueï Lavrov. L’Ukraine doit faire partie de la famille européenne dans tous les sens du terme”.

Le chef de la diplomatie russe a également estimé que l‘élection présidentielle anticipée en Ukraine prévue le 25 mai allait à l’encontre de l’accord de sortie de crise signé vendredi à Kiev.

Avec AFP et Reuters