DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : le Parlement européen pousse pour un soutien financier


Le bureau de Bruxelles

Ukraine : le Parlement européen pousse pour un soutien financier

Ils reviennent tout juste de Kiev et en appellent instamment à un soutien financier à l’Ukraine. Parmi ces eurodéputés, il y a le président de la commission parlementaire en charge des Affaires étrangères. Le pouvoir de transition dit avoir besoin de 35 milliards de dollars pour les deux prochaines années.

“ L’Union européenne est prête, mais j’espère que d’autres pays de la communauté internationale le sont aussi. Ce serait un très mauvais signal dans une telle situation, après tout le mal qui a été fait par cette dictature à son propre peuple de ne pas soutenir le pays aujourd’hui “, prévient Elmar Brok.

Un message à peine voilé à la Russie qui ne reconnaît pas la légitimité du pouvoir de transition. Et le Parlement européen de reprendre à son compte la rhétorique de la confrontation.

“ Comme tous les gens qui se sont rassemblés sur Maïdan l’ont montré, il s’agit de faire valoir les valeurs européennes, la démocratie, l‘État de droit. Et c’est pour cela qu’il est crucial pour nous de les soutenir et de ne permettre à personne, surtout pas monsieur Poutine, d’exporter en Ukraine son modèle au service des oligarques “, martèle Ana Gomes.

D’autres, comme le chef de file des socialistes, Hannes Swoboda, prônent l’apaisement en cette période charnière. D’autant que la menace d’une partition du pays est bien réelle.

“ Nous sommes très préoccupés par deux choses. Il faut que l’opposition agisse de manière responsable, en particulier dans la lutte contre la corruption, et que l’intégrité du territoire soit préservée “, explique-t-il.

Réunis en session plénière, les députés européens préparent une résolution appelant à une aide financière d’urgence qui sera votée jeudi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

UE-Brésil : un rapprochement à petits pas