DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tensions intercommunautaires en Crimée après la "révolution" de Maïdan


Ukraine

Tensions intercommunautaires en Crimée après la "révolution" de Maïdan

Outre la division de l’Ukraine, entre pro-européens et pro-russes, apparaissent à présent des tensions entre les différentes communautés de Crimée. Dans cette région qui abrite une base militaire russe à Sébastopol, le Parlement régional de Simferopol est le théâtre de vifs débats sur les conséquences des événements de Kiev.

Le leader du parti Union russe, Sergey Aksionov, se veut néanmoins rassurant. “La Russie n’essaie pas de faire pression, d’influer sur la situation en Ukraine. Elle ne veut pas violer la souveraineté de l’Ukraine et n’est pas sur le point de revendiquer un territoire. En même temps, la Russie est prête à aider ses compatriotes en cas de besoin.”

Mais les Tatares, qui représentent 40% de la population de Crimée, se disent préoccupés, à l’image de Refat Chubarov, député et chef du conseil du peuple tatare de Crimée. “Beaucoup de Russes se sont installés ici après la déportation de Tatares de Crimée et ils n’ont pas seulement l’impression de faire partie de la communauté russe, ils ont l’impression qu’ils dépendent de la Fédération de Russie. C’est pour cette raison que leur désir est d‘être avec la Russie dans un État russe.

Les deux communautés ont parfois quelques différends. Et pour cause, sous le régime soviétique, les Tatares – des musulmans accusés d’avoir aidé les nazis – avaient été déportés en Asie, laissant place aux migrants russes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nouveaux affrontements entre étudiants et policiers vénézuéliens cette nuit à Caracas