DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le nouveau gouvernement ukrainien ne fait pas l'unanimité


Ukraine

Le nouveau gouvernement ukrainien ne fait pas l'unanimité

Un à un, les membres du cabinet ont été présentés à la foule réunie à Kiev. Des milliers de personnes qui ont sifflé certains membres du gouvernement formé par le Premier ministre désigné, Arseni Iatseniouk, proche de Ioulia Timochenko.

“Il n’y a pas un oligarque, ou quelqu’un qui a travaillé dans le gouvernement de Ianoukovitch, ou quelqu’un qui cherche un quelconque crédit politique dans ce nouveau cabinet. Nous n’avons jamais eu un tel gouvernement dans notre histoire. Et je peux prédire l’avenir de ces ministres, ce sont des kamikazes politiques.”

Le Parlement doit encore se prononcer aujourd’hui sur la création de ce gouvernement. Mais c’est la rue qui veut avoir le dernier mot, à l’image de ce militant de la première heure : “Nous restons ici pour les surveiller. S’ils ne font pas leur travail, ils partiront.”

“J’ai une question pour ceux qui sont sur scène : où étiez-vous durant la répression, lorsqu’on nous tirait dessus ? Ils n’ont pas de morale. Comment peuvent-ils dire qu’ils sont des héros. Ils n’ont aucun droit de tirer parti des morts”, lance un autre.

Parmi les personnalités controversées du gouvernement, le chef de file de l’organisation paramilitaire radicale présente place de l’Indépendance hérite d’un poste au conseil national de sécurité.

“Maïdan reste sceptique face à l’annonce des membres du gouvernement. Les manifestants les considèrent comme des ministres par intérim qui doivent résoudre les problèmes urgents de l’Ukraine. Quitter la rue n’est pas une option, jusqu‘à ce que le système politique soit totalement renouvelé. Pas seulement après la présidentielle, mais aussi après les législatives”, conclut Angelina Kariakina, membre de notre bureau à Kiev.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Venezuela : la conférence de "dialogue" boycottée par Enrique Capriles