DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crimée : "aucune troupe russe" n'est impliquée selon Moscou


Ukraine

Crimée : "aucune troupe russe" n'est impliquée selon Moscou

La Russie a-t-elle une responsabilité dans les évènements en Crimée ? Le tout nouveau ministre ukrainien par intérim a accusé tôt ce vendredi matin “des unités armées de la flotte russe d’avoir bloqué” l’aéroport de Belbek près de Sébastopol. Et, toujours selon lui, à l’aéroport de Simféropol, des hommes armés “ne dissimulaient pas leur appartenance aux forces armées russes”. À Bruxelles, l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov a nié.

“Il n’y a pas du tout de troupe, aucune troupe russe du moins, a-t-il déclaré. L’aéroport international de Simféropol fonctionne normalement. L’aéroport militaire de Belbek fonctionne probablement aussi normalement.”

Selon Vladimir Chizhov, des hommes armés ont agi en Crimée à cause de “menaces”. “Ils ont entendu parler de soi-disant “trains de l’amitié” qui étaient chargés de partisans armés de Maidan et qui étaient en route pour la Crimée, a ajouté l’ambassadeur. Naturellement, la population locale s’inquiète.”

Que pense Vladimir Chizhov de la mise en garde des Etats-Unis contre une ingérence russe ? “Les Etats-Unis étant dans une tradition d’ingérence dans (les affaires) d’autres pays et d’envoi de troupes à l‘étranger, ils peuvent agir selon leur propre mentalité, je dirais. Mais ça, ce n’est pas un cas d’interférence russe. En réalité, beaucoup de personnes en Russie se demandent pourquoi le gouvernement russe garde une attitude si discrète.”

La Crimée a d’abord appartenu à la Russie, au sein de l’URSS, avant d‘être rattachée à l’Ukraine en 1954. Elle abrite toujours la flotte russe de la mer Noire à Sébastopol.
Sébastopol où le drapeau ukrainien du conseil municipal a été arraché.

Avec AFP, Reuters et notre correspondante

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Viktor Ianoukovicth : "Je vais continuer la lutte pour l'avenir de l'Ukraine"