DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Kiev, au bord de la faillite, en attente d'un prêt du FMI


économie

Kiev, au bord de la faillite, en attente d'un prêt du FMI

Le nouveau gouvernement ukrainien veut rassurer sur ses réserves financières. Il affirme en avoir assez pour payer ses créanciers, alors que le pays essaye de négocier un prêt avec le Fonds Monétaire International.

Kiev espère obtenir ce prêt le plus tôt possible. Le Premier ministre Arseni Iatsenouk affirme que le gouvernement fera tout pour. Il a aussi tenté de calmer la population, pour éviter les retraits massifs : “l’une des priorités est la reprise du programme de collaboration avec le Fonds Monétaire International. Et nous remplirons toutes les conditions, je répète, toutes les conditions qui sont nécessaires pour ce prêt. Le Parlement ukrainien et sa coalition voteront les lois nécessaires pour recevoir cet argent” a-t-il déclaré.

Le nouveau gouvernement ukrainien a estimé à plus de 25 milliards d’euros les besoins du pays pour les deux années à venir. A Washington, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé qu’il n’y avait aucune raison de paniquer au sujet de cette demande d’aide : “nous devons nous baser sur des faits, sur la situation telle qu’elle est, nous ne voyons rien de critique, qui puisse susciter la panique pour le moment. Nous espérons que les autorités vont s’abstenir de lancer des tas de chiffres qui sont vraiment dénués de sens avant qu’il n’y ait eu une véritable estimation” a-t-elle affirmé.

Cependant, les Ukrainiens n‘écoutent pas ces appels au calme. Inquiets de la situation financière, ils ont retiré massivement leur argent. 7 % des réserves en devises étrangères ont disparu des banques la semaine dernière.

La banque centrale a donc limité à 1 000 euros par jour et par personne les retraits autorisés en devises étrangères.

Une équipe du FMI et une autre de la Commission Européenne sont attendues la semaine prochaine à Kiev.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

La croissance américaine revue à la baisse au dernier trimestre 2013