DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chine: 30 morts dans l'attaque d'une gare, le pouvoir accuse les séparatistes ouïghours


Chine

Chine: 30 morts dans l'attaque d'une gare, le pouvoir accuse les séparatistes ouïghours

La gare de Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, est sous haute surveillance à la suite du carnage qui a, samedi soir, fait une trentaine de morts parmi des voyageurs attendant pour acheter un billet. Ils ont été poignardés par des individus identifiés par les autorités de Pékin comme étant des séparatistes ouïghours.

Cette population musulmane turcophone de la province de Xinjiang, dans le nord-ouest du pays, se sent opprimée dans sa pratique religieuse, linguistique et, plus globalement, culturelle. Le pouvoir l’accuse de manière récurrente de mener des attaques “terroristes”.

Si l’origine des auteurs du massacre de Kunming se confirmait, ce pourrait être le signe d’un nouveau mode d’action de militants séparatistes ouïghours qui, jusqu’ici, opéraient rarement hors de leur territoire. Cela avait été le cas en octobre 2013, toujours selon les autorités, lorsqu’une voiture avait foncé sur la foule sur la place Tiananmen de Pékin. Il y avait eu deux morts et 40 blessés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Emouvantes funérailles de Paco de Lucia en Espagne