DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pression diplomatique maximale sur la situation en Crimée

Vous lisez:

Pression diplomatique maximale sur la situation en Crimée

Taille du texte Aa Aa

Barack Obama et Vladimir Poutine ont eu un vif entretien de 90 minutes signe de l’importance de la crise. Le président américain a affirmé à son homologue russe qu’il avait violé la loi internationale en déployant des troupes en Ukraine. Il a exigé du Kremlin qu’il replie les forces russes déployées en Crimée. Le chef de la Maison Blanche a aussi prévenu qu’il s’exposait à un isolement international, politique et économique s’il persistait à intervenir en Ukraine.

A New York, le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est réuni en urgence. L’ambassadeur russe Vitali Tchourkine a pour sa part rejeté les accusations de Kiev sur “l’agression russe” et réaffirmé que la solution à cette crise était “de revenir à l’accord du 25 février et d‘établir un gouvernement d’unité nationale”.

Samantha Power, l’ambassadrice américaine aux Nations Unies, a réclamé le retrait des renforts russes de Crimée et suggéré l’envoi d’“observateurs internationaux” en Ukraine via l’ONU ou l’OSCE.

L’OTAN a convoqué ce dimanche les 28 ambassadeurs des pays de l’Alliance à une réunion d’urgence à Bruxelles pour discuter de la “grave situation en Ukraine”. La Pologne se dit menacée.

Et les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne vont également se réunir dès lundi à Bruxelles.