DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Chine: la police cible les Ouïghours dans l'enquête sur la tuerie de Kunming


Chine

Chine: la police cible les Ouïghours dans l'enquête sur la tuerie de Kunming

En Chine, la police dit avoir arrêté ce lundi trois nouveaux suspects dans l’enquête sur la tuerie de Kunming.

L’attaque menée samedi dans une gare ferroviaire a fait au moins 29 morts. Une assaillante avait déjà été interpellée et quatre autres assaillants abattus au moment des faits.

Pour les autorités, il ne fait pas de doute que les auteurs de cette attaque sont des séparatistes ouïghours.

La police a ainsi effectué plusieurs descentes dans les quartiers où habitent des Ouïghours.

Les membres de cette communauté vivent dans la peur de représailles. Aniwar Wuppur travaille dans un restaurant ouïghour. “A trois reprises, affirme-t-il, la police est venue chez moi, en me menaçant avec des pistolets. Mais on n’a rien à voir avec ce qui s’est passé ! On se sent plus que jamais en danger”.

Dans cette ville, le racisme anti-Ouïghours est très fort. Encore plus depuis samedi. Certains habitants réclament le renvoi des membres de cette ethnie dans leur province d’origine.

Une peu plus modérée, Da Limei, jeune femme de 25 ans. Elle rappelle que l’attaque de samedi était le fait d’un groupuscule. “Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac”, ajoute-t-elle.

Les Ouïghours sont une communauté musulmane turcophone qui vit essentiellement dans le nord-ouest de la Chine. Ils réclament davantage d’autonomie.

Les autorités les accusent d’avoir commis, en octobre dernier, un attentat sur la place Tian-an-men à Pékin. Deux personnes avaient été tuées en plus des trois kamikazes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : l'Occident cherche une solution diplomatique avec Moscou