DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crimée : Arseni Iatseniouk entre fermeté et espoir


Ukraine

Crimée : Arseni Iatseniouk entre fermeté et espoir

De la fermeté face à la Russie et l’espoir qu’une solution diplomatique permettra d‘éviter le pire. C’est ce qu’affichait ce lundi le nouveau Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk. “Un conflit détruirait le socle de la stabilité de toute la région”, a déclaré le dirigeant qui a rencontré le chef de la diplomatie britannique William Hague.
“Il n’y a aucune raison, je souligne, il n’y a aucune raison d’employer la force contre Ukrainiens, contre les citoyens pacifiques de l’Ukraine, a martelé Iatseniouk. Il n’y avait, il n’y a pas et il n’y aura aucune raison de faire venir des forces militaires russes. Pour ces actions, il faut payer le prix. Nul ne cédera la Crimée à quiconque “

Ce dimanche, le gouvernement a rappelé les réservistes, utilisant notamment les réseaux sociaux sur internet pour diffuser l’information.
Sur la place de l’Indépendance à Kiev, sur le Maïdan, des Ukrainiens affirment qu’un conflit ne leur fait pas peur, d’autres prononcent des paroles d’amour et de paix.
“Nous n’avons aucune crainte, aucune, affirmait ce lundi matin Lyudmila. En ce moment, nos enfants vont dans les bureaux de recrutement militaires. Et si nécessaire, nous créerons un corps de volontaires du peuple d’urgence et nous protégerons notre État.”

“Nous ne voulons pas que les gens s’entre-tuent, indiquait Vlodomyr qui vient de Russie. Nous voulons qu’ils vivent de façon pacifique partout, sur tous les continents et partout dans les autres pays”.
“Nous aimons tous les peuples : les Russes, les Ukrainiens, les Bulgares, les Roumains, a ajouté sa femme Svitlana qui est Ukrainienne. Nous aimons tous les peuples du monde entier. Nous voulons tous vivre en paix”.

Le Maïdan n’a même pas fini de pleurer la mort de ses manifestants tués il y a moins de deux semaines par dizaines que le spectre d’un nouveau conflit menace déjà.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : pas d'attaque militaire en préparation en Crimée, selon la Russie