DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'armée ukrainienne en position défensive en Crimée


Ukraine

L'armée ukrainienne en position défensive en Crimée

C’est une vraie opération commando captée par les caméras de sécurité du Parlement de Crimée à Simferopol le 27 février. Des hommes lourdement armés pénètrent dans le bâtiment, aucun insigne sur leurs uniformes ne permet de les identifier, mais les autorités ukrainiennes assurent qu’ils obéissent aux ordres de Moscou, et accusent la flotte russe de la Mer noire.

Le Kremlin nie des mouvement de ses troupes en dehors de leur base à Sébastopol, mais ces images captées sur le périphérique de Simféropol le 28 février montrent un convoi d’une vingtaine de véhicules militaires dont certains affichent clairement des plaques d’immatriculations russes. Le convoi se dirigerait vers la base navale ukrainienne de Feodosiya.

Sur la péninsule de Crimée, l’Ukraine compte 15 000 militaires face à 20 000 fusiliers marins russes basés à Sébastopol, dans le cadre d’un accord bilatéral.

Le 28 février, Kiev accuse Moscou “d’invasion armée et d’occupation” après la prise de contrôle par des hommes armées, encore sans identification, de l’aéroport de Belbek, près de Sébastopol, et de l’aéroport international de la capitale de la Crimée, à Simféropol.

Avec la perte de contrôle des aéroports, la Crimée échappe encore un peu plus aux autorités de Kiev, qui de plus assistent impuissantes à l’encerclement de leurs bases par des soldats non identifiés agissant pour le compte des autorités pro-russes locales.

Les soldats ukrainiens sont assiégés dans leurs casernes à Sébastopol, Balaklava, Perevolnoye, Feodosiya, et Kerch. Cela met la Crimée sous le contrôle opérationnel complet de la Russie. D’autant plus que sur les deux routes principales reliant la Crimée au reste de l’Ukraine, à Armyansk et Chanhor, des barrages filtrants se sont dressés.

Non seulement la Russie compte six fois plus de soldats que l’Ukraine, mais sa supériorité technique est énorme, ses hélicoptères et ses avions sont des modèles plus récents.

Et pour compléter le tableau, le 2 mars, le commandant en chef de la marine ukrainienne, Denis Berezovsky prète allégeance aux autorités locales pro-russes.

Sur l‘échiquier qu’est devenue la Crimée, l’armée ukrainienne est clairement en position défensive.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Thaïlande : les riziculteurs rejoignent les manifestants anti-gouvernement