DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Martin Schulz lance la bataille électorale des socialistes européens


Insight

Martin Schulz lance la bataille électorale des socialistes européens

Depuis samedi, Martin Schulz est officiellement le candidat des socialistes européens pour la présidence de la Commission européenne. Les délégués des partis de centre-gauche l’ont confirmé lors de leur congrès à Rome. Agé de 58 ans, cet européen convaincu veut mettre l’emploi au cœur des préoccupations. Euronews l’a rencontré à Rome et lui a d’abord demandé si en tant que président du Parlement européen sortant, il pouvait mener la campagne des socialistes.

Martin Schulz : “ Je suis candidat pour un siège au Parlement européen comme tous les autres membres du Parlement qui demandent leur réélection. Le président du Parlement est aussi un membre du Parlement et il est donc normal que je brigue un poste. Je reste élu jusqu‘à la fin de la période et vous pouvez être certain, chacun peut être assuré que je ferai une différence très claire entre mes fonctions de président du Parlement européen et mon rôle en tant que candidat au Parlement européen. “

euronews : “ Pourquoi est-ce que les Européens devraient voter pour vous ? Quel est votre programme ? “

Martin Schulz : “ Je pense qu’il faut un changement dans l’Union européenne. Les gens ont perdu confiance. La confiance dans les institutions nationales, dans les institutions européennes. Ils l’ont perdue parce qu’un nombre grandissant de personnes ne croient pas que les institutions s’intéressent à leur vie quotidienne, s’intéressent à leurs soucis quotidiens. Nous avons 700 milliards d’euros pour sauver les banques, pour stabiliser notre système monétaire, mais nos enfants sont au chômage. Et je comprends les gens qui ont perdu confiance. Pour regagner cette confiance, il faut placer l’intérêt des citoyens, la sécurité sociale, les emplois, l‘éducation et la lutte contre le chômage des jeunes au-dessus de tout. C’est pour cela que je suis candidat. “

euronews : “ Quel est votre message aux personnes qui envisagent de voter pour des partis eurosceptiques et des partis radicaux en Europe ? “

Martin Schulz : “ Ils disent aux gens que c’est un référendum pour ou contre l’Europe. Mais c’est faux. L’Union européenne existera encore le 26 mai. Il ne s’agit pas de dire oui ou non à l’Europe. Il s’agit de savoir quelle Europe nous souhaitons. S’agit-il d’une Europe juste et sociale, d’une Europe des banques et de la spéculation ou de marchés mieux contrôlés ? S’agit d’une Europe qui soit plus démocratique et qui rende des comptes ou d’une Union européenne où les décisions se prennent derrière des portes fermées ? C’est cela la question. Et sur tous les problèmes, les problèmes commerciaux, monétaires, fiscaux, les problèmes d’immigration, de changement climatique, sur nos relations commerciales dans le monde, ces partis ne font pas la moindre proposition. Donc mon message aux citoyens qui sont déçus par l’orientation de l’Union européenne est : ne votez pas pour ceux qui vous disent qu’on peut remplacer l’Union, votez pour ceux, le centre-droit ou le centre-gauche ou les libéraux ou les Verts, ceux qui veulent la changer et qui peuvent la changer. “

euronews : “ Pensez-vous que beaucoup de gens dans le sud de l’Europe voudront voter pour un homme politique allemand ? “

Martin Schult : “ C’est une question qui se justifie, mais je ne suis pas un ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne. Depuis 20 ans, je suis un membre du Parlement européen, et ceux qui me connaissent savent que ma priorité n’a jamais été l’Allemagne plutôt que les autres pays. Ça a été l’Allemagne comme pays contribuant à un équilibre juste entre les personnes et les nations d’Europe. Je suis donc un Européen allemand. “

euronews : “ Quelles sont vos chances de gagner ces élections ? “

Martin Schulz : “ Tout dépendra si j’arrive à convaincre les citoyens, et puis les chances sont toujours de 50-50 au début d’une campagne électorale. Nous verrons. Je pense que j’ai de bonnes chances parce que je crois en mon programme. Le programme de mes amis est un programme convaincant. “

Le porte-à-porte… C’est la stratégie choisie par le Parti socialiste européen pour convaincre les abstentionnistes. Et pour cela, il a fait appel aux consultants qui ont conseillé François Hollande pendant sa campagne. En croisant des statistiques électorales et sociologiques, ils avaient ciblé certains secteurs.

“ Nous avons organisé la première campagne nationale de porte-à-porte. 80.000 volontaires ont frappé à cinq millions de portes. C‘était 10% de l‘électorat. Et nous avons calculé l’impact de cette campagne de porte-à-porte sur le vote. Il se trouve que les volontaires ont aidé François Hollande à gagner 300.000 voix “, explique Guillaume Liegey.

Le mois dernier, les responsables de terrain des 28 pays de l’Union se sont réunis à Bruxelles pour une formation. Ils auront chacun en charge une équipe de volontaires.

“ Si nous faisons progresser les votes de 5%, ce qui représente plus ou moins 12 millions de votes à travers l’Union européenne, nous pourrons gagner 50 à 60 sièges au Parlement européen “, espère Brian Synnott, chargé de communication au Parti socialiste européen.

Autre front, la campagne en ligne. Facebook, Twitter bien sûr, mais aussi Instagram and co. Pour faire connaître la tête d’affiche des socialistes, l’Allemand Martin Schulz.

“ La plus grosse partie de notre travail consiste à communiquer et à montrer aux gens qui est vraiment Martin Schulz, le montrer en tant que personne “, s’enthousiasme Marte Ingul, chargée des médias sociaux.

Le candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne donnera aussi de sa personne sur le terrain en faisant le tour des capitales européennes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

"Pas d'implication de Moscou dans les événements en Crimée" (ambassadeur à Bruxelles)