DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Oscar 2014 : And the Loser is…

Vous lisez:

Oscar 2014 : And the Loser is…

Taille du texte Aa Aa

On s’intéresse souvent plus aux vainqueurs qu’aux perdants, et pourtant cette 86ème édition des Oscar mérite amplement que l’on revienne sur le film qui malgré ses 10 nominations est reparti (très injustement) bredouille de la cérémonie.

Vous l’avez peut-être deviné, il s’agit de American Hustle de David O. Russell. Annoncé comme l’un des grands favoris, notamment en raison de son casting “4 étoiles” (Christian Bale, Amy Adams, Bradley Cooper et Jennifer Lawrence), il ne s’est vu décerné aucune statuette, un camouflet s’il en est pour ce que je considère comme l’un des meilleurs films de l’année écoulée. Ni l’interprétation donc, ni le scénario, pourtant époustouflant, ni même la mise en scène brillantissime n’ont semblé à la hauteur des 33 centimètres de notre cher Oscar. Les Golden Globes décernés par l’Association des Critiques de films étrangers à Hollywood, et d’habitude un indicateur fiable des futurs récipiendaires de la statuette dorée, avaient attribué trois récompenses à American Hustle…

Il est vrai que la concurrence était rude cette année avec notamment Dallas Buyers Club du canadien Jean-Marc Vallée qui a raflé les deux prix d’interprétations masculines. Matthew McConaughey, méconnaissable en cowboy atteint du Sida a remporté les suffrages de l’Académie en lieu et place de Christian Bale pourtant époustouflant dans son rôle d’arnaqueur au grand cœur, alors que Bradley Cooper en flic survolté s’est vu coiffé au poteau par Jared Leto pour sa prestation transformiste de camé transgenre. Une fois de plus, Hollywood a préféré récompensé la surenchère de l’interprétation à la justesse du ton. Dans le même registre, l’Oscar des Meilleurs maquillages (incluant les coiffures) est aussi revenu à Dallas Buyers Club alors que la restitution du New-York de la fin des années 70 de American Hustle est l’une des plus jubilatoires qui nous ait été donné à voir sur cette époque. Gravity d’Alfonso Cuaron a aussi fait beaucoup de mal au film de David O’Russell en raflant sept Oscar, dont celui très convoité de Meilleur réalisateur , mais aussi tous les prix dits « secondaires » comme le Meilleur montage, Meilleur montage sonore et Meilleur mixage sonore -un prix de spécialiste !

Enfin, outre American Hustle, l’autre grand perdant de cette année est Martin Scorsese et son Loup de Wall Street. Son biopic survitaminé n’a pas non plus enchanté l’académie des Oscar et qui ont même infligé un camouflet à Leonardo DiCaprio qui est reparti les mains dans les poches… pour la cinquième fois. Une déception moindre puisque le film n’était nommé que cinq fois (deux fois moins donc que le film de David O. Russell) et que Martin Scorsese a déjà remporté les statuettes du Meilleur film et du meilleur réalisateur en 2007 pour Les Infiltrés.