DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : l'Occident cherche une solution diplomatique avec Moscou


Ukraine

Ukraine : l'Occident cherche une solution diplomatique avec Moscou

L’Ukraine à l’agenda de toutes les chancelleries. Un seul mot d’ordre : trouver une issue pacifique à cette crise qui inquiète le monde. A Kiev, William Hague, le chef de la diplomatie britannique met en garde Moscou sur “le prix à payer” pour son action en Ukraine. Entre menaces et apaisement, les Européens tentent de trouver une position commune. Et s’ils sont partisans du dialogue, ils condamnent fermement l’intervention russe en Crimée : “Personne n’a le droit d’envahir un autre pays sous prétexte de protéger ses propres citoyens souligne Carl Bildt, le chef de la diplomatie suédoise. Il y a eu des moments dans l’histoire de l’Europe, dans le passé, où des régimes impitoyables ont appliqué cette théorie ou doctrine particulière. Pour cette raison, refuser cette doctrine est devenu un principe fondamental de la paix, de l’ordre et de la sécurité en Europe depuis la Guerre froide.”

A l’ONU, le Russe Sergueï Lavrov dénonce les menaces de “sanctions” et de “boycott” du G8. Le chef de la diplomatie appelle l’Ukraine à respecter l’accord de sortie de crise et l’Occident à mettre de côté les calculs géopolitiques : “Il est nécessaire de remplir toutes les obligations signées dans l’accord du 21 février, y compris le début d’une réforme constitutionnelle, avec la participation de toutes les régions de l’Ukraine en prenant en compte leurs opinions, et cette réforme devrait être votée lors d’un référendum national “.

Ban Ki- moon, le secrétaire général de l’ONU, appelle la Russie à la retenue. Les États-Unis réclament l’envoi immédiat d’observateurs de l’OSCE. Jose Manuel Barroso annonce un sommet européen extraordinaire très bientôt, on parle de jeudi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Des commandos armés pro-russes ont pris de facto le contrôle de la Crimée