DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La guerre du gaz en Ukraine et la guerre à la pollution en Chine


Business Line

La guerre du gaz en Ukraine et la guerre à la pollution en Chine

“Une reprise modérée”, “prêts à agir si nécessaire”, pas de signe de déflation”. Les mots employés par le président de la BCE sont restés les mêmes cette semaine. Le conseil des Gouverneurs a laissé inchangé les taux d’intérêt directeurs et n’a pas décidé d’autres mesures de soutien monétaire.
La seule nouveauté ce sont les prévisions de la BCE : elles vont jusqu’en 2016 désormais.

Mario Draghi a aussi souligné les risques géopolitiques en provenance d’Ukraine. Au delà des échanges musclés entre les super-puissances, un conflit fait rage : c’est celui que certains appellent la “guerre du gaz”. Ses victimes potentielles s’appellent l‘économie européenne et les consommateurs d‘énergie.

La Chine c’est sûr n’a pas de problèmes d‘énergie : elle en a utilisé beaucoup pour atteindre des taux de croissance à deux chiffres. Mais le problème c’est qu’aujourd’hui on ne peut plus se promener sans porter un masque à Pékin. Le nouveau pouvoir chinois a décidé qu’il était temps de se préoccuper de l’environnement.

Vous pensez déménager en Asie ? Attention à Singapour, votre portefeuille n’aimera pas. La ville-Etat a été désignée la ville la plus chère du monde par une récente étude.

Tous ces sujets sont développés dans la nouvelle édition de Business Weekly.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

Business Line

Les besoins de l'Ukraine et le Mobile World Congress à Barcelone