DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fantasporto : le retour des zombies XXXIV


cinema

Fantasporto : le retour des zombies XXXIV

En partenariat avec

L’invasion des zombies a frappé la ville de Porto. Ils se retrouvent dans des salles le soir, pour d‘étonnantes messes sombres devant des écrans peuplés d’images argentiques.

Telles celles de ce «Miss Zombie» d’Hiroyuki Tanaka qui a été couronné meilleur film du festival Fantasporto. Ici les zombies sont utilisés comme des animaux de compagnie, des esclaves… jusqu‘à ce que ça tourne mal, évidemment.

Le réalisateur grec Vassilis Mazomenos est membre du jury : «Le vainqueur est le meilleur film. Il est excellent, il a une très belle visioin cinématographique, une vision une réalisation, c’est un film unique”.

Mário Dorminsky, directeur du festival : «Ce fut un Fantasporto un peu différent des autres années, plus concentré sur le fantastique. Ensuite dans cette semaine des réalisateurs nous avons mis ces films dont nous pensons qu’ils ont une meilleure qualité en terme de cinéma pour les cinéphiles».

Rui Moreira, maire de Porto : “Pour la ville de Porto c’est très important, c’est un festival que nous allons continuer à parrainer, en lui donnant le plus de moyens possibles parce qu’il suffit de voir cette salle de ciné pleine à cette heure de la nuit pour ce rendre compte qu’il existe un public cinéphile. Qui sait voir du cinéma, qui sait applaudir, qui sait attendre. C’est quelque chose qui mérite d‘être maintenu».

Le festival qui en est à sa 34e édition a enregistré un total de onze premières mondiales et européennes.

De nombreux réalisateurs viennent ici présenter leurs longs métrages comme Olivier Beguin, le réalisateur suisse de Chimères qui a reçu le prix spécial du jury.

Le personnage principal, joué par Yannick Rosset, est persuadé d‘être un vampire après avoir subi une transfusion en Roumanie.

Olivier Beguin : “Je savais que je voulais faire un film fantastique, je crois qu’il y avait une idée de faire un film de monstres et le vampire était le plus approprié pour ce qu’on voulait raconter, le plus approprié au budget… enfin, on va pas faire Godzilla, on n’a pas le budget pour ça, donc je pense que c‘était un peu ça le déclic de départ”.

Yannick Rosset : «Quand il se regarde dans le miroir, il voit quelque chose de très très très violent, plein de sang, extrêmement animal, mais dans la réalité il est juste malade, il est juste fatigué, blessé, et c’est ça qui m’intéressait le plus».

Le festival récompense aussi des films qui sortent de la sphère du fantastique, le prix de la critique est revenu à un film turco-ukrainien “Love me”. Une histoire d’amour entre deux personnes qui ne parlent absolument pas le même langage.

«Isteni mûszak» (Heavenly Shift) est une comédie sombre venue de Hongrie. Le film réalisé par Mark Bosdzsar a reçu le prix de la semaine des réalisateurs : “Ce prix est important pour moi parce qu’il s’agit de mon premier long métrage et vraiment c’est son second prix, il en a eu un autre au Luxembourg”.

Il ne restait plus qu‘à célébrer tout ça avec du vin de la région.

Ricardo Figueira, Euronews :

«Les vampires ne font plus peur à qui que ce soit. En fait ils sont revenus dans cette ville parce que Porto est un point de passage obligé dans le circuit européen des festivals de cinéma et tout particulièrement quand il s’agit de fantastique. Cette année Fantasporto a parié sur des nouveautés, les premières oeuvres et des premières mondiales et européennes».

Prochain article

cinema

Gravity, la synthèse et les images