DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le dernier homme de Fukushima met en garde les Européens


Le bureau de Bruxelles

Le dernier homme de Fukushima met en garde les Européens

L’hommage aux victimes de Fukushima. C‘était aussi au Parlement européen, en présence du dernier homme à habiter la zone interdite. Naoto Matsumura est agriculteur. Il est resté pour s’occuper des animaux abandonnés et résiste malgré les radiations.

“ Là-bas, tout est fini, tout a été détruit “, dit-il.

C’est à l’invitation des Verts qu’il est venu témoigner à Strasbourg des ravages de la catastrophe nucléaire. Et pour l’eurodéputée Michelle Rivasi, l’Europe ne doit plus ignorer les risques :

“ C’est vrai que l’accident de Fukushima a remis en cause la sûreté nucléaire des centrales européennes. Quand on raisonnait par rapport à un accident, on ne raisonnait que sur un seul risque. Fukushima a montré que s’il y a un séisme suivi d’un tsunami, ce qui était le renforcement de la sûreté ne marche plus “, insiste-t-elle.

Il y en Europe des centrales aussi anciennes que celle de Fukushima dont les tests de résistance de la Commission ont montré la vulnérabilité. 15 pays européens abritent 145 réacteurs au total.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Tentative du Parlement européen pour freiner le blanchiment