DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les temps sont durs pour les groupes énergétiques allemands

Vous lisez:

Les temps sont durs pour les groupes énergétiques allemands

Taille du texte Aa Aa

E.ON, le numéro un de l’Energie en Allemagne, vient d’annoncer une baisse de 46% de son bénéfice net en 2013.

Comme ses concurrents européens, E.ON subit les conséquences de la transition énergétique, particulièrement active en Allemagne. Depuis la décision du gouvernement de sortir du nucléaire, le groupe a dû fermer trois de ses centrales, et devra faire pareil avec les quatre restantes d’ici à 2021.

Tourné traditionnellement vers les énergies fossiles, le groupe est contraint de totalement se réinventer pour faire face à la concurrence des énergies renouvelables subventionnées. Mais il manque de moyens pour amorcer ce virage, et ses effectifs fondent d’année en année.