DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Crimée prépare un référendum des plus controversés

Vous lisez:

La Crimée prépare un référendum des plus controversés

Taille du texte Aa Aa

Dans la station balnéaire d’Alupka, nombre d’Ukrainiens comptent se prononcer dimanche pour le rattachement de leur région à la Russie. Un scrutin jugé “illégal” par les Occidentaux. Seuls des observateurs russes devraient être présents pour superviser le vote.

“J’espère vraiment que l’on rejoindra la Russie parce que nous sommes fatigués d’attendre une meilleure vie”, explique une Ukrainienne. “Nous sommes fatigués de tout ce qui se passe. Tout le monde court de job en job pour gagner un peu d’argent. Ici on travaille pour trois, six mois, et le reste de l’année les gens s’assoient et regardent.”

Kiev s’insurge. L’un des candidats à la présidentielle ukrainienne, Vitaly Klitschko, devenu une figure de la révolution, appelle au boycott du référendum. “Le référendum illégal monté par des autorités locales autoproclamées, et sous le joug d’une armée étrangère, n’a rien à voir avec les intérêts des citoyens de Crimée. Ils transforment la péninsule en une poudrière, une telle zone militarisée n’est pas facile à imaginer durant la saison touristique, pour la garantie de l’emploie, des salaires et des aides sociales.”

Selon un sondage publié par un site internet russe, 77 % des électeurs de Crimée comptent se prononcer pour un rattachement à la Russie et le taux de participation, digne de l‘ère soviétique, pourrait avoisiner les 80%.