DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Toujours aucune trace du vol MH370 au 6ème jour des recherches


Malaisie

Toujours aucune trace du vol MH370 au 6ème jour des recherches

Le boeing 777 de la Malaisia Airlines reste introuvable depuis samedi matin. 239 personnes étaient à bord dont 153 Chinois, 38 Malaisiens et 4 Français.

La zone des recherches étendue vers la mer d’Andaman et le détroit de Malacca couvre désormais 90 000 km2 presque la surface du Portugal. Douze pays sont impliqués dont les Etats-Unis, le Japon, la Chine et l’Inde. 42 navires et 39 avions sont également mobilisés.

Lors d’une nouvelle conférence de presse, les autorités de Malaisie “ont démenti que le Boeing a continué de voler après la perte de contact. Par ailleurs, les équipes de Rolls Royce et de Boeing, ici à Kuala Lumpur, ont travaillé avec celles de la compagnie et nos enquêteurs, et il n’a jamais été question depuis dimanche de certaines informations évoquées par certains médias. A chaque fois qu’il y a de nouveaux détails, ils doivent d’abord être corroborés. Aujourd’hui, certains médias rapportent que la Malaisia Airlines a demandé à Rolls Royce et Boeing de travailler spécifiquement sur ​​les données. En ce qui concerne Rolls Royce et Boeing, ces rapports sont inexacts”.

Le Wall Street Journal citait pourtant dès hier des enquêteurs américains qui affirment que l’avion pourrait avoir continué de voler pendant 4 heures après la perte de contact. Ils s’appuient sur des sources provenant des données transmises au sol automatiquement par les moteurs Rolls Royce de l’appareil.

De même, le ministre malaisien des Transports a affirmé que les photos des satellites chinois ont été publiées “par erreur” et qu’il n’y a pas de débris du vol MH370 en mer.

Pour les proches des 239 personnes à bord de l’avion, l’angoisse perdure et la colère ne cesse de monter face à la communication “chaotique” des autorités de Malaisie, montrées du doigt notamment par Pékin

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Russie-Crimée : l'Allemagne durcit le ton