DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vol MH370: la voix du copilote dans le dernier message radio, puis plus rien...


Malaisie

Vol MH370: la voix du copilote dans le dernier message radio, puis plus rien...

Bientôt dix jours qu’on est sans nouvelle du vol MH370 avec 239 personnes à bord. Et rien ne se dessine avec certitude pour expliquer cette disparition.

Les enquêteurs passent au peigne fin le profil de tous les passagers et de l‘équipage, avec un intérêt particulier pour le pilote et le copilote. Car c’est peut-être dans le cockpit que le drame s’est noué.

Le système de communication a d’abord été désactivé volontairement, puis le transpondeur, ce qui a effacé toute localisation de l’appareil sur les écrans radar. Or, pour effectuer ces opérations, il faut être initié, comme le sont les pilotes…

Par ailleurs, le dernier message radio a été transmis par le copilote. C’est du moins ce qu’a annoncé ce lundi le PDG de la compagnie Malaysia Airlines. Les contrôleurs au sol venaient d’informer l‘équipage que l’avion allait quitter l’espace aérien de Malaisie. Le jeune homme, âgé de 27 ans, aurait répondu “OK, bonne nuit”. Ensuite, plus rien. Presque 10 jours de silence qui nourrissent toutes les spéculations.

Y a-t-il eu suicide ? C’est l’avis d’Américains, spécialistes du terrorisme. A moins que l’appareil n’ait été emmené dans un endroit secret pour servir plus tard à des fins terroristes…

Les recherches se sont considérablement élargies ces derniers jours, avec deux axes de recherche : – au sud, un corridor au-dessus de l’océan Indien – au nord, une bande terrestre allant du Kazakhstan jusqu‘à la Thaïlande.

26 pays sont engagés dans ces opérations qui se déroulent sur terre, sur mer et via les données satellites. Trois experts français du Bureau d’enquêtes et d’analyses sont sur place pour aider les enquêteurs.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Klitschko : "la Crimée est au bord de la catastrophe humanitaire"