DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vers des plastiques plus respectueux de l'environnement

Vous lisez:

Vers des plastiques plus respectueux de l'environnement

Taille du texte Aa Aa

La mise au rebut des bouteilles en plastique est un problème environnemental mondial. Vingt millions de tonnes de plastique sont injectés chaque année dans la fabrication de bouteilles de boisson. Les scientifiques sont à la recherche de nouveaux matériaux destinés à la création de plastiques plus respectueux de l’environnement.

Les chercheurs du Centre de recherche en biologie de Madrid sont convaincus que les bactéries vont jouer un rôle important dans la prochaine génération de fabrication des matières plastiques. Ils sont capables de créer des polymères à partir de déchets organiques. Le tout sans pétrole !

Auxiliadora Prieto et ses collègues pensent de plus en plus que les bactéries sont la clé de l’ensemble du processus. Leurs recherches dépendent d’un programme de recherche pan-européen baptisé SYNPOL, du nom d’un mélange de gaz spécifique qui déclenche la production de bio plastique par micro-organismes.

“Ces bactéries assimilent en leur sein du bio plastique sous forme de granulés que nous pouvons extraire plus tard en utilisant différentes méthodes chimiques. De cette façon, nous pouvons obtenir une grande variété de substances différentes. Ici par exemple, nous avons du bio plastique que nous avons obtenu grâce à ce processus”, explique Auxiliadora Prieto .

Les scientifiques ne sont pas intéressés par la seule recherche en laboratoire, ils étudient aussi comment ce processus pourrait être transformé en usine de production à grande échelle. Des tests sont actuellement en cours.

Ce ne sont pas seulement les déchets qui peuvent maintenant être transformés en molécules bio plastiques. Via le SPLASH, un projet de recherche européen, Lolke Sijtsma et ses collègues de Food & Biobased, à Wageningen aux Pays-Bas, cherchent à savoir si les algues pourraient être utilisées comme une ressource à la production des bio plastiques. Ces scientifiques ont découvert que certaines formes d’algues produisent de grandes quantités de sucres et d’hydrocarbures qui pourraient être transformés en bio plastiques .

“La raison pour laquelle nous nous sommes concentrés sur les algues dans le projet SPLASH, c’est qu’elles sont très productives. Elles utilisent la lumière du soleil, le dioxyde de carbone et certains minéraux de manière très efficace. D’autre part, ces algues peuvent aussi être cultivées dans des endroits où l’agriculture est impossible. Donc, ces algues ne sont pas en concurrence avec la production alimentaire et à cet égard il est très important que nous les utilisions dans ce projet pour les biopolymères”, détaille Lolke Sijtsma.

Une formule mise au point par la société néerlandaise Avantium transforme le sucre des algues en polymère. Il s’agit de la matière première utilisée dans la fabrication de bouteilles de boisson, et, selon son producteur, l’impact sur l’environnement est ici bien meilleur que celui généré par les bouteilles en plastique traditionnel.

“Ce type de substance émet 70 % moins de dioxyde de carbone et utilise aussi bien moins de sources d‘énergie non-renouvelables que les plastiques traditionnels. Leurs propriétés sont également bien meilleures”, explique Ed de Jong.

En testant la solidité de cette nouvelle matière, les chercheurs ont décelé certains avantages par rapport aux matières plastiques. La robustesse du matériau par exemple permet de produire des bouteilles plus minces et d’utiliser ainsi moins de matière.

Le potentiel de ces nouveaux bioblastics pourrait être énorme. Grâce à eux, Avantium estime pouvoir gagner une part de marché significative et remplacer les plastiques issus du pétrole à hauteur de 5 à 10 millions de tonnes par an.

En 2013, les bio plastiques représentaient un marché global de plus d’un milliard d’euros et enregistraient une progression annuelle de 20 %.

Le volume de production des bio plastiques en 2020 devraient atteindre 4,5 millions de tonnes, selon les spécialistes.

En attendant, la recherche continue vers la création de bio plastiques biodégradables toujours dans un souci de protection de l’environnement.