DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vladimir Poutine entérine l'annexion de la Crimée

Vous lisez:

Vladimir Poutine entérine l'annexion de la Crimée

Taille du texte Aa Aa

Le président russe a signé avec les nouveaux dirigeants pro-russes de Crimée un accord sur le rattachement de la péninsule du sud de l’Ukraine à la Russie.

La signature de l’accord, qui prend effet immédiatement, a eu lieu après un discours de Vladimir Poutine dans lequel il a qualifié la Crimée “partie intégrante de la Russie”. Le président russe a pris soin de s’adresser à la minorité tatare de Crimée :

“Les Tatars de Crimée sont revenus sur leur territoire. Il est nécessaire de prendre toutes les décisions législatives et politiques afin de clore le processus de la réhabilitation de la population tatare en Crimée.’‘

Devant les deux chambres du Parlement et le gouvernement, Vladimir Poutine a prononcé un discours de 47 minutes aux accents patriotiques, avec des reproches, et aussi des remerciements, selon, adressés aux autres puissances internationales :

“Nos partenaires occidentaux ont franchi la ligne rouge, ils se sont comportés d’une manière irresponsable, non-professionnelle” a-t-il assuré, poursuivant : “nous sommes reconnaissants envers le peuple chinois, dont le gouvernement a considéré la situation en Crimée et en Ukraine dans sa globalité historique et politique.”

Le président russe a fait beaucoup de références au passé, lointain et plus récent : à la dislocation de l’URSS, à la séparation de l’Ukraine et de la Russie, mais aussi au passé récent de l’Allemagne : “je crois que les Européens me comprendront, et en premier lieu, les Allemands. Je veux vous rappeller qu’au cours des consultations politiques sur la réunification des deux Allemagnes, des représentants de certains pays alliés de l’Allemagne n’ont pas soutenu l’idée de la réunification, alors que notre pays au contraire a soutenu l’envie sincère et entière des Allemands d’une réunification nationale.”

Tout en accusant les nouvelles autorités de Kiev d’avoir ouvert la voie aux “néo-nazis”, le président russe a toutefois voulu rassurer et les investisseurs, et les Ukrainiens sur ses intentions sur l’avenir de ce pays : “ne croyez pas tous ceux qui vous disent d’avoir peur de la Russie, qui crient qu’après la Crimée, il y aura d’autres régions. Nous ne voulons pas la scission de l’Ukraine. Nous n’avons pas besoin de ça. En ce qui concerne la Crimée, elle a été, et elle reste russe, ukrainienne et tatare.”

Peu après, le Kremlin a indiqué que la République de Crimée est considérée “rattachée à la Fédération de Russie” à compter de la date de la signature de l’accord. La ratification par le parlement russe n’est qu’une formalité, la date n’a même pas été précisée.