DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vladimir Poutine s'adjuge la Crimée


Russie

Vladimir Poutine s'adjuge la Crimée

Ni la menace des sanctions, ni la fronde internationale n’auront fait plier le maître du Kremlin : Vladimir Poutine a signé le rattachement de la Crimée à la Russie. Une signature lourde de sens, faisant craindre, pourquoi pas, des scénarios identiques dans le futur, tant le processus a été facilement mené. Après le référendum, l’affaire a été réglée en cinq jours.
“Nous avons à l’avenir beaucoup de choses à faire pour intégrer la Crimée, a déclaré le président russe, pour l’inclure dans le système législatif de la Russie, dans les systèmes économiques et sociaux.”

Dans la foulée du parlement, le Sénat avait voté dans la matinée à l’unanimité le rattachement. La Crimée  sera totalement intégrée à la Russie après une période de transition se terminant le premier janvier prochain. Elle dépend pour le moment fortement de Kiev, 85 pour cent pour son électricité, 90 pour cent pour l’eau potable.

Mais pour les habitants de Crimée, qu’importe. La joie est si grande qu’ils se précipitent pour réclamer un passeport russe :

“Ca ne sera pas pire, ce sera mieux, dit Svetlana, de Sébastopol. Au moins le niveau de vie est bien plus haut en Russie qu’en Ukraine, bien plus. Les salaires, les retraites, c’est notre avenir, l’avenir des jeunes. Et ça signifie beaucoup que les jeunes veuillent rejoindre la Russie, tous ici ont voté unanimement lors du référendum.”

“Nous sommes en Russie, rajoute Inna. Nous sommes des citoyens russes maintenant, à quoi peuvent nous servir encore les passeports ukrainiens ? Nous allons les échanger avec grand plaisir. Mes enfants en ont besoin d’un aussi. “

La république autonome de Crimée revient dans le giron russe, exactement 60 ans après avoir été donnée à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Michelle Obama en Chine pour dissiper la méfiance