DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'OTAN s'inquiète d'une éventuelle intervention russe en Moldavie voire aux Etats baltes

Vous lisez:

L'OTAN s'inquiète d'une éventuelle intervention russe en Moldavie voire aux Etats baltes

Taille du texte Aa Aa

La Crimée est-elle le début d’un processus plus large de la part des forces russes ? C’est la question que l’on se pose concrètement au sein de l’Alliance Atlantique. Le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Philip Breedlove se dit préoccupé. “Il y a suffisamment de troupes russes positionnées à l’Est de l’Ukraine pour qu’elles se précipitent en Transdniestrie si une telle décision de le faire devait être prise”.

Les troupes armées russes ont également effectué des exercices militaires de l’autre côté du pays, en Transdniestrie. Cette dernière est une région séparatiste de Moldavie à majorité russophone. Le porte-parole du Parlement de Transdniestrie s’est adressé hier à Moscou pour demander, à l’instar de la Crimée, un rattachement à la Russie.

Le président roumain Traian Basescu a demandé un repositionnement des forces atlantiques.

Un appel entendu par David Cameron. Le Premier ministre britannique : “ce qui est important, c’est que nous envoyons un message très clair à nos partenaires de l’OTAN et à nos alliés. Celui que nous croyons en l’Otan et que nous croyons en leur sécurité. C’est pourquoi, par exemple, nous aidons certains des pays baltes pour leur défense et en fonction de leurs besoins. C’est ce que nous devrions faire et c’est ce que nous nous sommes engagés à faire”, précise David Cameron.

L’Otan a déjà renforcé sa présence dans l’est de l’Europe, en Pologne et dans les États baltes.

En Lettonie, la communauté russophone est l’une des plus importantes des trois États baltes, mais en majorité, elle apprécie son existence comme l’explique cet homme : “je ne pense pas que nous allons trouver de l’aide avec Poutine. Nous vivons une vie normale, je peux marcher en ville, personne ne dit de mal sur moi et moi non plus.

Signe de cette concorde, les citoyens russes apprennent le letton à l‘école pour faciliter leur intégration dans la société.