DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le repli des soldats ukrainiens dans sa phase finale


Ukraine

Le repli des soldats ukrainiens dans sa phase finale

Les Russes ont quasiment achevé la prise de contrôle de la Crimée. Après l’assaut sur la base de Feodossia hier par les forces russes, qui a fait plusieurs blessés et quelque 80 prisonniers, les soldats ukrainiens rentrent au bercail. Kiev a rappelé ses hommes, pour des raisons de sécurité.

Cette femme se dit déçue et attristée par tout ce qui se passe. Au journaliste qui l’interroge, elle répond qu’elle ne sait pas ce qui va arriver maintenant. Et quand on lui demande son nom, elle dit : “Pourquoi ? Dans notre territoire occupé, nous devons donner notre identité maintenant ?”

L’inquiétude des uns, le dépit des autres. Une humiliation militaire qui a conduit à la démission aujourd’hui du ministre de la Défense ukrainien, et à des divisions au sein des nouvelles autorités.

Samedi, c’est la base de Belbek qui est tombée, faisant deux blessés. Trois commandants et généraux ont été arrêtés.

Désormais, le drapeau russe flotte sur presque toutes les installations militaires ukrainiennes. Face à ce coup de force, un navire ferait toujours face.

Alors que les services diplomatiques russe et ukrainien négocieraient en ce moment les conditions de démantèlement et de redistribution des bases, pour ces marins, rester ne sert déjà plus à rien :

“Moi je suis d’origine russe, j’ai de la famille en Russie, mais je ne veux pas servir en Russie, seulement en Ukraine”, dit Serguei. “Ils nous ont chassés, comme des rats, soupire son camarade Yevgeni. Qu’est-ce que je dois faire, rester là ? Est-ce que ça fera avancer les choses ? Ça n’aidera pas à ramener la Crimée dans l’Ukraine.”

La Russie s’en tiendra-t-elle là, alors qu’elle a déployé 8.500 hommes à la frontière orientale ? Pour ceux qui partent, sous les cris de victoire des partisans pro-russes, le cœur est gros.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Barack Obama cible des critiques d'Amnesty international