DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"The Machine" ou l'empathie d'un androïde


cinema

"The Machine" ou l'empathie d'un androïde

En partenariat avec

Dans un monde plongé dans la guerre, un chercheur travaille sur la création d’un androïde puissant, autonome et conscient…

“The Machine” a été écrit et réalisé par Caradog James : “Pendant mes recherches j’ai eu un entretien discret avec un gars du ministère de la Défense et il est vraiment en train de construire des machines qui pensent, qui ont des sensations. C’est le but du gouvernement, de faire ces nouvelles armes. On a cartographié le cerveau d’une limace, puis d’une souris et là on travaille sur la cartographie du cerveau d’un chimpanzé. On voit bien que d’ici 10 à 20 ans on va tenter de cartographier le cerveau d’un homme.”

Toby Stephens joue le scientifique apprenti sorcier contre lequel se retourne son invention : “C’est vrai qu’il y a des références à Frankenstein, mais chaque fois que j’en ai vu des adaptations, je n’ai jamais trouvé ce personnage très attirant. Je n’ai jamais eu beaucoup d’empathie pour lui, j’espère que les gens auront plus d’empathie pour ce personnage parce qu’il m’aide dans le film à soigner ma fille. C’est quelque chose qui l’humanise en fait cette volonté de sauver votre fille.”

L’actrice américaine Caity Lotz joue ce robot que l’on ne maîtrise plus. The Machine sortira en France, en DVD, en mai.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Les documentaires grecs ne connaissent pas (encore) la crise