DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Géorgie : un système éducatif en plein bouleversement

Vous lisez:

Géorgie : un système éducatif en plein bouleversement

Taille du texte Aa Aa

Depuis l’indépendance du pays en 1991, la Géorgie a mené de nombreuses réformes notamment dans le domaine de l‘éducation. Mais l’enseignement en maternelle, l’intégration des minorités et la situation de l’emploi continuent de poser problème.

La crise des écoles maternelles

En quelques années seulement, les écoles maternelles géorgiennes ont subi une profonde transformation : les murs ont pris des couleurs et les apprentissages se veulent aujourd’hui davantage centrés sur l’enfant par rapport à l‘époque soviétique. Mais ces structures ne sont pas si nombreuses dans le pays, notamment en zone rurale, et certaines se retrouvent saturées. À l‘échelle de la Géorgie, seul un enfant sur deux de moins de six ans fréquente ces établissements. Autre frein : de nombreux parents considèrent que les écoles maternelles ne sont pas des lieux d’apprentissage. L’UNICEF en collaboration avec des ONG comme Civitas travaille avec Tbilissi pour garantir un meilleur accès à l’enseignement en maternelle. De plus, d’après l’UNICEF, les adolescents géorgiens ont les plus mauvais résultats scolaires en Europe : ce qui selon l’organisation, est en partie lié au faible taux de scolarisation en maternelle.

Généraliser l’apprentissage de l’anglais… et du géorgien !

Apprendre l’anglais avec des professeurs qui ont pour langue maternelle, l’anglais, c’est le principe d’un projet initié par le gouvernement en 2010. Nous nous sommes rendus dans une école publique où les élèves choisissent comme première langue plutôt l’anglais que le russe et où un Américain prête main forte à une enseignante géorgienne. Mais comment promouvoir l’enseignement de l’anglais quand une partie de la population ne maîtrise pas le géorgien, la langue officielle du pays ? Pour y remédier, les autorités ont lancé depuis quelques années, des programmes spécifiques d’enseignement du géorgien si bien qu’aujourd’hui, la plupart des écoles des territoires où différentes ethnies sont présentes enseignent aussi bien la langue de la communauté majoritaire que le géorgien et des clubs ont vu le jour au sein des établissements scolaires pour apprendre le géorgien aux adultes.

L’Université de Tbilissi doit relever de nombreux défis

Dans la capitale géorgienne, l’Université d‘État de Tbilissi, un établissement ancien et renommé, affiche ses ambitions tout en reconnaissant avoir de nombreux efforts à fournir pour soutenir la comparaison avec les meilleurs établissements en Europe. Il faut moderniser les méthodes d’enseignement, disent certains professeurs, et s’ouvrir à de nouveaux domaines. En attendant les résultats des réformes entreprises au niveau national et financées en partie par l’Union qui a accordé 27 millions d’euros à la Géorgie l’an dernier notamment pour l‘éducation, le manque de fonds et d’enseignants reste un problème majeur pour cette université : nous avons rencontré l’un des plus brillants chercheurs de Géorgie, Paata Nikoleishvili qui a mis au point un nouveau type de pile à combustible. Pour son travail au sein de l’institut universitaire, il touche l‘équivalent de 65 euros par mois !

Learning World Facebook

Learning World Twitter