DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Municipales françaises : la gauche en déroute


monde

Municipales françaises : la gauche en déroute

Peu après la fermeture des bureaux de vote les premiers résultats confirment la défiance des électeurs français vis-à-vis de la politique menée par François Hollande.
Le taux d’abstention, qui n’a cessé de grimper depuis les municipiales de 1983, s’oriente vers 38%, un niveau jamais atteint au cours de la 5ème république.

Plusieurs grandes villes basculent à droite à l’instar de Toulouse, Limoges (dirigée par la gauche depuis 1912), Reims, Angers, Ajaccio, La Roche sur Yon, Saint-Etienne ou encore Angoulême. « Le premier parti de France, c’est l’UMP », a déclaré le président de l’UMP Jean-François Copé.

Plusieurs villes sont remportées par le FN, parmi lesquelles Béziers, avec une large victoire de l’ancien porte-voix de Reporter sans frontières Robert Ménard, Fréjus, Villers-Cotterêts, Hayange et Beaucaire. Le vice-Président du FN Louis Aliot est en revanche distancé à Perpignan, où le parti populiste devrait tout de même compter 13 élus au conseil municipal. “Nous passons une nouvelle étape. Il faut désormais compter avec une troisième grande force politique dans ce pays”, a déclaré Marine Le Pen sur le plateau de France 2. Elle a par ailleurs revendiqué quelques 1 200 conseillers municipaux pour le FN.

Avignon échappe également au FN, alors que son candidat Philippe Liottaux était arrivé en tête au premier tour, et c’est la socialiste Cécile Helle qui l’emporte finalement.
A Pau, François Bayrou est largement élu avec plus de 60% des suffrages.
A Lille, Martine Aubry récolte quant à elle environ 53 % des voix.

La porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem dit « prendre acte » du message adressé par les français, quant à Pierre Moscovici, ministre de l’Economie, il incite à poursuivre “le pacte de responsabilité” et entendre le message de “justice sociale”.

Paris et Lyon, lots de consolation pour le PS

Un des rares motifs de satisfaction pour le Parti socialiste vient de la victoire d’Anne Hidalgo à Paris. L’ancienne première adjointe de Bertrand Delanoë, le maire sortant, s’impose face à la candidate de l’UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, qui était pourtant arrivée en tête lors du premier tour dimanche dernier. Anne Hidalgo devient à 54 ans la première femme maire de la capitale française. Le PS conserve également Lyon, le maire Gérard Collomb étant réélu. Par contre, Patrick Mennucci n’a pas réussi à ravir Marseille à Jean-Claude Gaudin, maire de la cité phocéenne depuis 1995.

Prochain article

monde

Municipales en France : enjeux du second tour