DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A quatre jours de la présidentielle, l'Afghanistan retient son souffle


Afghanistan

A quatre jours de la présidentielle, l'Afghanistan retient son souffle

La population se presse pour obtenir des cartes d‘électeurs pour pouvoir voter au scrutin comme ici dans les rues de Kaboul.

Mais nombres d’habitants de la capitale se plaignent d’un dispositif insuffisant pour accomplir leur devoir électoral à l’image de cet homme : “dans toute la ville de Kaboul, il y a seulement trois centres d’inscription sur les listes électorales. Ce n’est pas possible. Tous les Afghans ne pourront pas voter”.

Autre menace, celle de l’insécurité pendant la campagne électorale et pour le vote à venir. Les attentats talibans ne cessent de se multiplier. Plus de 22 tonnes d’explosif ont ainsi été découvertes par la police locale dans la province de Takhar dans le nord-est.

“Les gens sont inquiets à propos de la sécurité, mais la prochaine élection doit être une étape positive vers le changement et pour notre destin. J’espère que tout le monde pourra participer à l‘élection”, affirme cet homme.

Huit candidats sont en lice pour succéder au président Hamid Karzaï, seul homme à avoir dirigé le pays depuis la chute des talibans en 2001. Un chef de l‘État qui ne peut pas briguer un troisième mandat selon la Constitution.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Japon lève l'interdiction de vendre des armes à l'étranger