DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Pussy Riot craignent la création d'une nouvelle Union soviétique


Le bureau de Bruxelles

Les Pussy Riot craignent la création d'une nouvelle Union soviétique

Elles ont passé 22 mois en prison pour avoir osé défier Vladimir Poutine dans une prière punk. L’annexion de la Crimée par la Russie fait craindre une relance de l’Union soviétique. Au Parlement européen, invitées par les Verts pour en débattre, elles demandent à l’Europe d’agir: ??“Il y a un risque de voir réapparaître un immense pays qui est en train de devenir un agresseur qu’on ne peut pas arrêter souligne Nadezhda Tolokonnikova. Vladimir Poutine prévoit également de reconstruire le rideau de fer. Cela lui permettrait de commettre absolument tout ce qu’il veut en Russie. La tâche de l’Europe est de ne pas le laisser faire.

“Nous demandons des sanctions. Nous voulons que l’Europe s’en prenne à ceux qui volent les Russes”, ajoute Maria Alyokhina.

“Nous demandons des sanctions contre les fonctionnaires corrompus et les oligarques proches de Vladimir Poutine. Des sanctions ciblées”, conclut Nadezhda Tolokonnikova.

Dans le viseur des Pussy Riot, le projet de Vladimir Poutine de bâtir une Union eurasiatique sur le modèle de l’Union européenne. En réalité, il rêve de recréer une entité proche de l’URSS. Ce qui inquiète le prix Sakharov 2009 et président de l’ONG russe Memorial Oleg Orlov : “Sakharov a déclaré que la violation des droits de l’homme ne peut être une affaire interne. L’Union soviétique était une puissance agressive et dangereuse pour l’Europe. Reconstruire une Union soviétique sur les bases de violations des droits de l’Homme serait une structure d’Etat tout aussi dangereuse.”

Le président russe Vladimir Poutine ne s’en est jamais caché, pour lui la dislocation de l’empire soviétique est “le plus grand désastre géopolitique du siècle dernier.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Bruxelles appelle Ankara à respecter les droits individuels