DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La NASA suspend ses relations avec la Russie à cause de la situation ukrainienne


monde

La NASA suspend ses relations avec la Russie à cause de la situation ukrainienne

En partenariat avec

Les tensions entre les Etats-Unis et la Russie au sujet de l’Ukraine et de la Crimée viennent littéralement d’atteindre des proportions astronomiques. La NASA vient en effet de suspendre la plupart de ses liens avec l’agence spatiale russe, Roscosmos.

Cette décision, vue comme symbolique par certains, avait auparavant été l’objet de nombreuses spéculations ainsi que de fuites sur les réseaux sociaux en début de semaine.

Cette rupture des relations n’affecte tout de fois pas les opérations liées à la Station Spatiale Internationale (ISS) qui correspondent à une grande partie de la collaboration entres les deux agences spatiales.

A l’inverse, les voyages prévus entre les deux pays, les vidéoconférences, courriels et réunions, ont tous été suspendus.

Ces sanctions sont la conséquence de l’annexion par la Russie de la péninsule de Crimée, précédemment dans le territoire de l’Ukraine.

Michael O’Brien, administrateur associé de la NASA, a souligné la position de l’agence spatiale américaine dans un mémo à destination de ses employés : « Cette suspension comprend les voyages de la NASA en Russie, la visite d’officiels russes dans des bâtiments de la NASA, les réunions bilatérales, les courriels ainsi que les télé- ou vidéoconférences. Pour le moment, la seule exception sont les opérations liées à l’ISS ».

A bord de la station, 400 km au-dessus de nos têtes, se trouvent actuellement trois Russes, deux Américains et un Japonais.

La semaine dernière, les cosmonautes russes Alexander Skvortsov et Oleg Artemyev ont, avec l’astronaute américain Steve Swanson, décollé vers l’ISS à bord d’une fusée Soyouz du Cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

Les Russes sont la seule nation avec un lanceur capable d’envoyer des humains vers la Station Spatiale Internationale.

Le choix de la rédaction

Prochain article

monde

France : le trombinoscope des 16 du gouvernement Valls