DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Rwanda : 20 ans après le génocide, victimes et bourreaux forcés de cohabiter


Rwanda

Rwanda : 20 ans après le génocide, victimes et bourreaux forcés de cohabiter

Un tutsi et un hutu, côte à côte devant un mémorial du génocide. 20 ans après, le Rwanda cherche la voie de la réconciliation. Silas Mucyo avait 11 ans quand des hommes armés de machettes et de lances ont tué ses parents et ses frères et soeurs. Il habite aujourd’hui à Bugesera, dans le sud-est du pays, dans ce que l’on appelle un “village de la réconciliation”. Ici victimes et anciens bourreaux sont voisins.

“Quand je suis venu ici, je me suis installé à côté de Mathias qui avait participé au génocide”, raconte Silas, “il avait tué beaucoup de gens. Il y avait de la rancune. Au début, quand j’ai réalisé que j’allais vivre ici juste à côté de lui, j‘étais terrifié. Mais finalement il s’est avéré un bon voisin. Il m’a dit Silas, même si j’ai tué des gens, je ne suis plus un assassin, je me suis repenti”.

Des programmes d’aides sont mis en place pour favoriser la cohabitation. Mathias Muterahigwa a tué une vingtaine de personnes et passé neuf ans en prison.

“Quand j‘étais en prison, j’avais perdu espoir”, dit-il, “je ne pensais pas que quelqu’un qui a tué pourrait ensuite être libre et vivre comme les autres Rwandais. J‘étais terrifié. Mais après avoir confessé mes crimes, j’ai senti un poids en moins sur mes épaules”.

Alors que vont débuter les commémorations du 20ème anniversaire du génocide, les souvenirs des massacres sont ravivés. Entre avril et juillet 1994, plus de 800 000 personnes principalement tutsi ont été tuées. Des tueries qui ont aussi fait 500 000 veuves et 300 000 orphelins.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Afghanistan confronté à de graves défis humanitaires