DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Vingt ans du génocide rwandais : l'ambassadeur de France persona non grata


Rwanda

Vingt ans du génocide rwandais : l'ambassadeur de France persona non grata

Le Rwanda commémore le terrible génocide d’avril 1994, dans un climat de tensions avec Paris. Le secrétaire général des Nations unies était présent aux cérémonies de commémoration qui ont débuté ce lundi à Kigali et a évoqué” la honte” de l’ONU de ne pas avoir pu empêcher ce génocide.

L’ambassadeur de France, lui, était persona non grata. Il devait remplacer la ministre française de la Justice qui avait annulé son déplacement après certains propos du président rwandais.

Paul Kagamé a accusé ce week-end la France d’avoir joué un rôle direct dans la préparation du génocide. “Aucun pays n’est assez puissant pour changer les faits”, a ajouté Kagamé ce lundi. “Les personnes qui ont planifié et commis le génocide sont des Rwandais, mais ses causes profondes vont au-delà de ce magnifique pays. C’est la raison pour laquelle les Rwandais continuent de chercher les explications les plus complètes possibles sur ce qui s’est passé”.

Le 7 avril 1994, le pays aux mille collines, comme est surnommé le Rwanda, sombre dans l’horreur. Quelque 800 000 personnes sont tuées, notamment à coups de machette, entre avril et juillet 1994, essentiellement des Tutsis. Des Hutus refusant de se joindre aux massacres périssent eux aussi.

Impuissante face aux tueries, l’ONU a évacué l’essentiel de ses 2.500 Casques Bleus dès la mi-avril, au plus fort des violences.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vol MH370 : des signaux captés in extremis