DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Moustiques : un répulsif naturel et efficace

Vous lisez:

Moustiques : un répulsif naturel et efficace

Taille du texte Aa Aa

Selon l’Organisation mondiale de la santé la malaria tue chaque année plus de 650 000 personnes dans le monde et plus de 250 millions de personnes sont touchées par cette maladie.

Les chercheurs européens ont développé un anti moustiques à la fois efficace et sans danger pour l’environnement. Les chercheurs de l’université de Neuchâtel ont étudié les comportements des moustiques et la façon dont on pourrait perturber leur attirance pour les humains.

Dans la nature, les moustiques détectent les gens grâce à leur odeur. Ce sont ces molécules volatiles émises par la peau, par la respiration et la température des humains. Et les chercheurs ont regardé ce que la nature pouvait proposer. Leurs expériences a permis de produire un mélange à base d’extraits d’huiles essentielles aussi efficace que les répulsifs classiques.

Patrick Guerin directeur de recherche au Laboratoire de physiologie animale, université de Neuchâtel : “DEET est un anti moustique très connu, mais il est aussi connu pour ses effets neurologiques. Il touche ainsi les synapses entres les neurones. Il affecte aussi les enzymes par exemple qui sont normalement utilisés pour décomposer certains de nos neurotransmetteurs. Nos produits naturels n’ont pas ses caractéristiques.”

Les chercheurs ont analysé les extraits de 80 plantes et ont développé un répulsif très efficace et qui ne présente pas de danger ni pour l‘être humain ni non plus pour l’environnement car il est totalement biodégradable.

L’anti moustiques a subi de nombreux tests. Ici les scientifiques ont étudié la façon dont les moustiques se comportent quand ils sont exposés à une odeur humaine, dans ce cas une chaussette. Quand on applique le nouvel anti moustiques sur le filet placé devant la chaussette les moustiques n’essayent pas de piquer comme ils le font quand le filet n’est pas traité.

Le fait que les moustiques ne soient ainsi plus capables de détecter à proximité des humains laisse penser les chercheurs que ce nouveau produit permettrait de lutter efficacement contre la malaria.